Bulle d'Air

Voir ou revoir la Champagne-Ardenne vue du ciel.
Logo de l'émission Bulle d'Air

Charleville-Mézières

Charleville-Mézières, une ville plantée si profondément à l'intérieur des terres et dont la plupart des habitants logent au bord de l'eau par la grâce d'un fleuve qui la traverse trois fois ne peut pas être une ville ordinaire.

Par Nathalie Zanzola

Alors que Mézières est Mézières depuis mille ans, Charles de Gonzagues, un prince d'origine italienne décide de construire, aux limites du royaume, à l'emplacement d'un terrain vague appelé Arches où s'élèvent de vagues masures, une ville qui portera son nom et témoignera de sa grandeur.

Le prince n'a pas vingt-sept ans. Son architecte, tout juste vingt-cinq. Charleville réalise un rêve de jeunes gens.
Au pied du Mont-Olympe, ils conçoivent une ville qui emprunte à la géométrie ses élégances raisonnées et ses grâces incalculables, autour d'une place monumentale, qu'on a souvent comparée à la place des Vosges, qui en est le modèle.

La place Ducale est un hectare de pure lumière. À mi-chemin des berges de la Meuse où il écrivit le Bateau Ivre et du square de la gare, où « tout est correct, les arbres et les fleurs », entre deux fugues, le jeune Arthur Rimbaud, y traîna ses révoltes et ses dégoûts.

C'est là que les restes du ciel champenois se mêlent aux commencements des cieux ardennais.