Bulle d'Air

Voir ou revoir la Champagne-Ardenne vue du ciel.
Logo de l'émission Bulle d'Air

Chaumont

Chaumont commence par un décor de théâtre ou d’opéra. Il y a une poésie affichée,  un graphisme, un lyrisme, de la grandeur industrielle, des travaux pratiques, de l’utilitaire. Et en l’occurrence, du ferroviaire.

Par Nathalie Zanzola

À la pointe du plateau de Langres, la forêt, calme, abondante et qui monte doucement à l’assaut du promontoire rocheux où s’élève la ville, semble désormais vouloir faire mentir l’étymologie de Chaumont, cité édifiée sur un mont chauve.

Le viaduc, fameux, identifiable au premier coup d’œil comme les alignements de Carnac ou les colonnes de Buren, fut construit au XIXe siècle en moins de quinze mois, par plusieurs milliers d’ouvriers qui œuvraient de nuit comme de jour.
Il constitue un des signes distinctifs de la ville, tout en offrant un point d’appui au regard, qui sans cela s’égarerait dans l’immensité du paysage.

Toute en rues et en ruelles que les guides les plus homologués qualifient de « tortueuses » et de « pittoresques », la vieille ville est dominée par la basilique Saint Jean-Baptiste, un saint qui, depuis la fin du XVe siècle, est célébré avec fastes à chaque fois que sa fête coïncide avec un dimanche.

De cette cérémonie populaire et religieuse, connue sous le nom du Grand Pardon, certains amateurs de parallèles et d’analogies ont pu dire qu’elle serait un pont entre la ville et le ciel, comme le viaduc est un pont qui relie la ville au reste de la terre.