Bulle d'Air

Voir ou revoir la Champagne-Ardenne vue du ciel.
Logo de l'émission Bulle d'Air

Colombey et Cirey

« Vieille Terre, rongée par les âges, rabotée de pluies et de tempêtes, épuisée de végétation, mais prête, indéfiniment, à produire ce qu'il faut pour que se succèdent les vivants ! »

Par Nathalie Zanzola

Ainsi le général de Gaulle parlait-il de cette campagne ouverte à tous les vents et dont les paysages rayonnent désormais autour de la croix de Lorraine. Qu’on peut regarder comme un monument, mais qu’il faut voir comme le symbole de la liberté et de la résistance.

En 1934, Charles de Gaulle acheta l’ancienne brasserie de Colombey-les-Deux Eglises et la renomma La Boisserie.
Loin des fastes de la république, cette demeure familiale où il aimait venir réfléchir, où il rédigea ses Mémoires, devint au fil du temps, dans son extrême simplicité, un haut lieu de l’Histoire de France. Il y mourut le 9 novembre 1970.

On prête au général d’avoir affirmé qu’ « on ne met pas Voltaire en prison ».

C’est justement pour éviter la prison que Voltaire s’est réfugié au château de Cirey-sur-Blaise dont on ne se souvient pas qu’il figurait sur les billets de 10 francs à l’effigie du philosophe. Pendant quinze années, de 1734 à 1749, il y vécut une histoire d’amour et de connivence intellectuelle avec Émilie de Breteuil, après la mort de laquelle il confia à un de ses proches :

« Je n'ai pas perdu une maîtresse, mais la moitié de moi-même. Un esprit pour lequel le mien semblait avoir été fait. »