Bulle d'Air

Voir ou revoir la Champagne-Ardenne vue du ciel.
Logo de l'émission Bulle d'Air

Les Riceys et le vignoble de l'Aube

Comme les grâces ou comme les mousquetaires, voire comme les petits cochons, les Riceys sont trois : Riceys-Bas, Riceys-Haute-Rive et Riceys-Haut.

Par Nathalie Zanzola

Les vignerons y cultivent trois cépages : le pinot noir, le pinot Meunier et le Chardonnay.
Ce vignoble  se prévaut de trois appellations contrôlées : le champagne, le coteau champenois et le Rosé des Riceys — que Louis XIV éleva à la dignité de vin royal.

Avec des ascendances à la fois bourguignonnes et champenoises, on y cultive la vigne sans modération sur 866 hectares morcelés en 276 exploitations, ne concédant aux pâtures, au blé et aux arbres que d’étroites étendues.

L’appellation champagne date de moins d’un siècle quand les vignerons de cette enclave bourguignonne en terre champenoise ont bataillé pour passer d’une province à l’autre, d’une appellation à l’autre, d’une noblesse à l’autre et, finalement, pour qui aime les mots autant que le vin, d’une poésie à l’autre.

En témoignent les proses fleuries et fruitées des amateurs de ces vins, délectables quand on les boit et savoureux quand on en parle. Leur bouquet de mots évoque la peinture impressionniste. Celle de Renoir qui vécut à Essoyes.

On y perçoit la fleur blanche, la framboise, la réglisse, la poire, l’orange, l’amande fraîche, les fruits rouges, la fraise, la pivoine, la pomme cuite, la cannelle, l’aubépine, la fleur de mirabellier, la violette, tout cela laissant supposer que l’art et la nature s’épousent aussi intimement  dans un verre que sur une toile.