Bulle d'Air

Voir ou revoir la Champagne-Ardenne vue du ciel.
Logo de l'émission Bulle d'Air

Troyes

Épargnée par Attila, pillée par les Sarrazins d’Espagne, Troyes à qui l’histoire et les hasards ont donné un cœur en forme de bouchon de champagne, collectionne les musées, les édifices religieux et les maisons remarquables.

Par Nathalie Zanzola

Il fallut près de cinq siècles pour construire la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul. Cette traversée des temps, des modes et des techniques, n’a pas nui à l’harmonie de son architecture.

Quant à la basilique Saint Urbain, joyau du gothique rayonnant, elle ne fut achevée que sept siècles après qu’un fils de cordonnier, devenu pape sous le nom d’Urbain IV, voulut édifier un sanctuaire à l’emplacement même de la boutique où il était né, vers la fin du douzième siècle.

Mais Troyes était aussi réputée pour ses foires de Champagne où les commerçants venus de toutes les régions d’Europe se croisaient et marchandaient à l’ombre des maisons à pans de bois.
De fil en aiguille, à partir du dix-huitième siècle, grâce à un ecclésiastique anglais, inventeur de la machine à tricoter les bas, la ville développa les métiers de la bonneterie, et si bien qu’elle en devint la capitale.

Troyes, la bien-nommée, eut aussi son Icare. En 1536, un horloger troyen, expérimenta une machine volante de son invention. Il se précipita du haut de la tour Saint Pierre et réussit à voler pendant un kilomètre, avant de s’écraser dans la campagne.