• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Gsuntheim

Le dimanche à 10h20
Logo de l'émission Gsuntheim

Armand Peter, figure alsacienne de la mémoire militante

© FTV/Jean Marc Dosch
© FTV/Jean Marc Dosch

Pendant ses études universitaire, Armand Peter prend conscience que le "bien parlé français", obstrue l'échange avec la langue du voisin. Son mentor André Weckmann, développe un courant de pensée, début des années 1970, disant "les mots m'ont donné une liberté". Le parcours de militant commença !

Par Jean-Marc Dosch

Né à la Musau, quartier de Strasbourg, en famille on parlait uniquement l'alsacien. Ma première langue étrangère apprise à l'école secondaire, a été l'anglais, au lieu de la langue du voisin, l'allemand: "une erreur et une bêtise !"

Un mouvement de conscience se développe début des années 1970, autour d'André Weckmann, qui devint l'une des grandes figures et rejoint, Frère Médard, Germain Muller, Emile Bass, Martin Allheilig de Radio Strasbourg, Jean Paul Gunsett, Frédéric Hoffet, (psychanalyse de l'Alsace 1951), ayant tous débutés leurs réflexions après 1945.

La renaissance de la culture alsacienne s'encourage autour des musiciens, écrivains, et poètes comme Roger Siffer, André Weckmann, Conrad Winter, Sylvie Reff, René Eglès ... pour la langue alsacienne. C'était important pour les jeunes militants de cette époque.

A partir de 1968, nait également le Cercle Schickelé qui s'engage dans le combat de la langue et la cuture dialectale alsacienne et mosellane. D'autres mouvements politiques virent le jour et étaient de gauche. Nous soutenions en 1981, François Mitterand mais les socialistes sont restés jacobins jusqu'à aujourd'hui ! Toute la mouvance écologique, en faisait également parti, cependant les ativistes milants des années 70, ont été oublié.

Instigateur de la maison d'édition BF, créé début des années 1980, Armand Peter a soutenu plus de 200 livres en alsacien, français ou allemand. La dernière parution avant fermeture de la maison d'édition est un livre d'André Weckmann.

A lire le livre d'Armand Peter: "Mémoires militantes de la culture alsacienne 1945-2015"

 
" En 1968, par erreur, par bêtise, on a appris l'anglais comme première langue étrangère au lieu de l'allemand" / © FTV/JMD
" En 1968, par erreur, par bêtise, on a appris l'anglais comme première langue étrangère au lieu de l'allemand" / © FTV/JMD
"Le mot m'a donné une liberté, les mots m'ont donné une prise de conscience, et un mouvement ce développa après les années 1970 ..." / © FTV/JMD
"Le mot m'a donné une liberté, les mots m'ont donné une prise de conscience, et un mouvement ce développa après les années 1970 ..." / © FTV/JMD
Armand Peter a soutenu plus de 200 livres en alsacien, français ou allemand. La dernière parution avant fermeture de la maison d'édition est un livre d'André Weckmann. / © FTV/JMD
Armand Peter a soutenu plus de 200 livres en alsacien, français ou allemand. La dernière parution avant fermeture de la maison d'édition est un livre d'André Weckmann. / © FTV/JMD

Une émission présentée par Christian Hahn
  • Diffusion : dimanche 17 mars 2019, à 10h20
  • Replay sur notre page d'émission.

Tournesol géant