Gsuntheim

Le dimanche à 10h20
Logo de l'émission Gsuntheim

Marc Schaefer, le destin d'un violoniste et chef d'orchestre

© Fonds Musée Wüth / Expo José Guinarães / photo FTV/JMD
© Fonds Musée Wüth / Expo José Guinarães / photo FTV/JMD

Comment un premier violon  solo, mais aussi chef de l'Orcheste Philharmonique de Strasbourg, a-t-il construit sa vie autour d'un instrument ? "Le violon de la baltique" raconte le parcours de cet instument qui forgea l'entière passion à la musique de Marc Schaefer.

Par Jean-Marc Dosch

"Le violon de la Baltique a vraiment marqué ma vie !" 

Comment cet instrument est-il rentré dans la famille Schaefer ? "Ma grand-mère acheté ce violon à un Tzigane, dans les anées 1930. Mon père avait 7 ans. Il a appris à en jouer. En 1964, j'avais 9 ans, et à mon tour, j'ai commencé à apprendre à jouer sur cet instrument, fabriqué en Forêt Noire, par Léopold Liebold, en 1792.

Ce violon, a aussi une histoire. Le père de Marc Schaefer, ancien Malgré-Nous, a choisi la marine allemande, pensant être plus chanceux, car il savait bien nager, afin d'en revenir vivant ... L'instrument a pu être jouer sur un drageur de mines, où son père était mécanicien du bateau !
Plus tard, son père a dû intégrer les troupes à pieds, et rejoindre l'enfer de Brest, en tant que fantasin. Les soldats allemands devaient défendre un dépôt de munition, encerclé par les soldats américains, libérateur de la France ....

Etre chef d'orchestre,

et c'est être seul, avec en face de soi une centaine de musiciens. La qualité principale, se trouve dans l'attention, avoir un grand sens de la pédagogique. Il doit aussi faire preuve de précision technique et de clarté. Il  montre également un peu de fermeté pour être le chef, mais aussi d'avoir une bonne oreille !

"Quand une faute survient, faut-il savoir d'où vient la faute. Ce n'est pas toujours ce qu'on entend; la faute vient parfois de répétions précédentes. Un musicien joue un peu faux, influence son voisin, qu'il lui va vraiment jouer faux, et c'est ce que l'on entend. Mais le deuxième musicien n'est pas fautif, la faute est arrivée un peu avant."
 
Passer de chef d'orchestre symphonique de l'OPS à chef d'orchestre de l'Harmonie de l'Electricité de Strasbourg a été une nouvelle aventure en 2005. / © Fonds Musée Würth / Expo José Guinarães / Photo : FTV/JMD
Passer de chef d'orchestre symphonique de l'OPS à chef d'orchestre de l'Harmonie de l'Electricité de Strasbourg a été une nouvelle aventure en 2005. / © Fonds Musée Würth / Expo José Guinarães / Photo : FTV/JMD
Le violon acheté par sa grand-mère dans les années 1930, a permis au papa de d'apprendre le violon à l'âge de 7 ans, puis Marc Schaefer en 1964, à l'âge de 9 ans. / © Fonds Musée Würth / Expo José Guinarães / Photo : FTV/JMD
Le violon acheté par sa grand-mère dans les années 1930, a permis au papa de d'apprendre le violon à l'âge de 7 ans, puis Marc Schaefer en 1964, à l'âge de 9 ans. / © Fonds Musée Würth / Expo José Guinarães / Photo : FTV/JMD
Pendant plus de 40 ans, Marc Schaefer n'a plus joué avec son violon acheté par sa grand-mère, et hérité de son père. / © Fonds Musée Würth / Expo José Guinarães / Photo : FTV/JMD
Pendant plus de 40 ans, Marc Schaefer n'a plus joué avec son violon acheté par sa grand-mère, et hérité de son père. / © Fonds Musée Würth / Expo José Guinarães / Photo : FTV/JMD

Une émission présentée par Christian Hahn
  • Diffusion : dimanche 17 novembre 2019, à 10h20
  • Replay sur notre page d'émission.