Pourquoi chercher plus loin ?

Tous les dimanches à 12h55
Logo de l'émission Pourquoi chercher plus loin ?

Découvrez les deux présentateurs de Pourquoi Chercher Plus Loin !

Ils sont jeunes, ils sont beaux et ils vont vous présenter le patrimoine du Grand Est tous les samedis à partir du mois de septembre 2017. Stéphanie Mallauran et Charles-Henry Boudet se sont livrés pour vous à un petit questionnaire !

Par Amandine Caniard

Les présentateurs de la nouvelle version de "Pourquoi Chercher Plus Loin ?" se sont prêtés au jeu du quiz afin d'en savoir un peu plus sur eux !

Quelle est votre place préférée ?

SM : Celle par laquelle je passe presque tous les jours : la place de la Réunion à Mulhouse. Parce que je la connais par cœur (c'est ma ville natale), parce qu’il y a l’hôtel de ville type renaissance avec ses peintures en trompe l’oeil, et le temple Saint-Étienne... imposant !

CHB : Place Jules Lobet, à Reims. Au bout du Cours Jean-Baptiste Langlet. Un endroit calme, à l'écart des commerces de la ville.

Quel est votre monument préféré ?

SM : Mon monument préféré est le Schweissdissi, comprenez le type qui sue, à Mulhouse. Il me plait pour ce qu’il représente, pour les polémiques qu’il a suscité au moment de son installation, .  Il a été mis en place en 1906 au milieu de la place de la Réunion, mais la pudeur de l'époque et la vue de son fessier découvert faisant face au temple Saint-Étienne provoquèrent des réactions de la part d'une partie de la population. On essaya de le faire pivoter, mais il présentait alors son arrière-train à l'hôtel de ville. Puisque aucun angle ne convenait, il fut déplacé au parc Tivoli, son fessier camouflé par des haies.

CHB : Celui qui m'a le plus marqué c'est l'observatoire Griffith, un observatoire astronomique construit en 1935 à Los Angeles. Un point haut duquel la vue sur la cité des anges est magnifique.

Quel est votre plat/spécialité préféré ?

SM : Mon plat préféré est un plat marcaire des Vosges, les Roïgabrageldi, des pommes de terre cuites à l’étouffée aux oignons et au lard. Après une randonnée sur les crêtes, c’est la récompense dans une ferme auberge de montagne. Une recette de terroir toute simple.

CHB : Je n'ai pas un plat préféré mais plusieurs... Difficile de répondre donc, mais je citerai la salade tunisienne (tomates concombre et oignons), les makis au saumon et bien sûr la tarte aux pommes de ma mère !

Quel est votre château préféré ?

SM : Mon château préféré, forcément, le Haut-Koenigsbourg. Pour sa situation géographique, son architecture si particulière et aussi pour son histoire !

CHB : Le Château de Joux dans le Jura ! L’un des plus beaux de France pour moi. Il est perché en haut d’une colline, seul. En hiver, lorsque les conditions sont réunies, le brouillard l’entoure et il semble sortir de nul-part.

Quelle est votre meilleure découverte ?

SM : Ma meilleure découverte, c’est le site du Bollenberg. Une colline à Westhalten où l’on trouve une végétation presque méridionale, de très beaux vignobles et une auberge familiale très accueillante. 

CHB : Un cimetière d’avion ! Une dizaine d’avions, pour la plupart âgés d’une cinquantaine d’année, abandonnés, mis à l’écart… Je tairai le lieu bien sûr !

Quelle est votre commune préférée ?

SM : Ma commune préférée, cette année, c’est forcément Kaysersberg, village préféré des français. A voir en hiver pour son marché de Noël !

CHB : Difficile tant notre pays compte de belles communes ! Je pense en premier à une commune du sud de la France, Villefranche-sur-Mer. La rade est magnifique, un petit port de pêche et des très nombreuses ruelles étroites. 

Quelle est votre plus belle rencontre ?

SM : Difficile de citer ma plus belle rencontre, mais la plus marquante, en tout cas, c’est l’équipe de la fondation de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg. Ce sont des passionnés qui travaillent pour la sauvegarde de la cathédrale. Que ce soit les responsables du bureau d’étude ou les compagnons du devoir qui dans les ateliers taillent, sculptent où restaurent des pièces de l’édifice, des hommes précieux !

CHB : Il n’y a pas de plus belle rencontre ! Notre quotidien de journaliste nous permet de rencontrer tous les jours des personnes uniques, qui nous racontent des histoires et nous pouvons partager le temps d’une journée leur quotidien.

Quel est votre lac/fleuve préféré ?

SM : Les bords de l’Ill car j’aime bien y courir ou m’y balader et parce qu’on les retrouvent à Mulhouse, Colmar et Strasbourg…jamais dépaysée…

CHB : Sans hésitation, la Loire ! Un fleuve difficile à cerner, pas comme la Seine ou le Rhône. Ses rives sont confuses, par endroit l’eau ne coule pas, des bancs de sable… J’aime beaucoup !

Quel est votre musée préféré ?

SM : Mon musée préféré, c’est le musée Unterlinden de Colmar, pour ses superbes collections depuis l’archéologie, les œuvres médiévales et jusqu’aux œuvres modernes. On y trouve aussi le fameux retable d’Issenheim de Grünewald, un joyau alsacien. 

CHB : Il est loin ! Le musée Museo Nacional de Antropología, le musée d’antropologie de Mexico ! Les collections aztèques et mayas sont fabuleuses et uniques au monde !

Quelle architecture vous a coupé le souffle ?

SM : C’est justement celle du musée Unterlinden ! Car en trois ans de travaux, les architectes ont réussi à créer une belle articulation sur un site qui comprend une chapelle du XIIIème siècle, des bains municipaux du début du XXème et une nouvelle bâtisse contemporaine. 

CHB : Ce n’est pas vraiment une architecture mais plutôt un « aménagement urbanistique » : la High Line connue aussi sous le nom de High Line Park à New-York. C’est une ancienne voie ferrée transformée en parcours de promenade. On apprécie la ville autrement au-dessus des rues et des voitures ! Une belle réussite !

Quel est votre savoir-faire préféré ?

SM : Mon savoir-faire préféré : le faiseur de cloche, un savoir-faire devenu très rare et un métier séculaire. Et pourtant, les éleveurs ont besoin de reconnaitre le son des cloches de leurs vaches, notamment pendant les transhumances.

CHB : Le savoir-faire culinaire voyons ! J’ai faim d’ailleurs pas vous ?

Quel endroit vous a émerveillé ?

SM : La Martinswand ! Un site à couper le souffle bien connu des grimpeurs confirmés car c’est la falaise historique des Vosges. Moi je ne pratique pas l’escalade, mais je tremble en voyant tous ces passionnés sur des falaises de granit à 1220 mètres d’altitude. Depuis la crête vosgienne, la vue est inégalée sur le deuxième sommet des Vosges, le Hohneck, mais aussi sur la tourbière du Frankenthal ou sur la Forêt Noire.

CHB : Le désert tunisien ! Je suis parti faire un road-trip pendant l’été 2017. Après une vingtaine de kilomètres sur une petite route, sans croiser une voiture, sans réseau téléphonique, je m’arrête. Je descends de la voiture et je grimpe sur une dune. Là, du sable à perte de vue. C’était magique !

A 31 : le débat continue