• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Pourquoi chercher plus loin ?

Tous les dimanches à 12h55
Logo de l'émission Pourquoi chercher plus loin ?

VOIR ou REVOIR : Pourquoi chercher plus loin, la nature sauvage et l'esprit d'aventure

Pour observer la nature sauvage rien de tel qu'un hydro ULM, ici au dessus des lacs de la Forêt d'Orient dans l'Aube. / © France 3 Grand Est
Pour observer la nature sauvage rien de tel qu'un hydro ULM, ici au dessus des lacs de la Forêt d'Orient dans l'Aube. / © France 3 Grand Est

Les loups, les lémuriens, les pandas roux, les oiseaux migrateurs, les lacs de Champagne vus du ciel, les funambules de l’extrême en Alsace. Dans "Pourquoi Chercher plus loin", Chloé nous conduit dans de grands espaces sauvages tout près de chez nous. 

 

Par Matthieu Mercier

Du bateau volant aux panda roux, ce nouveau numéro de Pourquoi Chercher Plus Loin, consacré à la nature sauvage et à l'esprit d'aventure va vous étonner. D'abord parce que les ressources de la nature en Alsace, Lorraine, ou Champagne-Ardenne sont inattendues. Ensuite parce que Chloé qui présente cette émission nous fait partager ces curiosités avec passion et qu'elle n'hésite jamais à se mettre à l'eau. Rien que pour ça, pas la peine d'aller chercher plus loin ! 

Tout commence au bord des lacs de la forêt d'Orient dans l'Aube. A Port-Dienville, où un passionné bien connu du secteur, Salvatore Rusciani, a mis en place la pratique de l'hydro ULM. Un bateau-volant ! Forcément Chloé l'a testé.  Car ce biplace permet de survoler à loisir ces territoires où la nature offre un spectacle exceptionnel. A tel point que les oiseaux en ont fait leur refuge.
 

Festival d'images et de sensations

 


Le manège continue en Alsace cette fois, avec des passionnés qui défient les lois de la gravité. Ils s'installent sur le site de la Martinswand, pour traverser des espaces sur une corde. Les highliner de Strasbourg partagent leur art avec passion et le pratiquent en toute sécurité. Le vertige leur est étranger. L'alsacien Simon Heitz a cette envie depuis l'enfance : 

"un jour on s'est motivé on a trouvé des personnes compétentes, pour installer le matériel, on a monté nos lignes et on a continué sans relâche...On respecte le spot naturel. Quand on part on ne laisse aucune trace de notre passage"

Les qualités ? Le mental, c'est le corps qui considère que c'est dangereux, dépasser ça c'est difficile. Il faut du temps pour se remettre. Quand on arrive à être à l'aise, il ne pense plus à rien. Quand je monte je n'ai plus peur. 


Exercice d'humilité absolue, ce sport extrême rend les pratiquants petits face à la nature mais responsables face aux dangers. Une vraie communauté. Les adeptes en font une existence à part entière. 

Direction la Lorraine ensuite, au célèbre parc de Sainte Croix, en Moselle, à Rhodes. Un parc dédié à la nature sauvage européenne. Ici pas de girafe ni d'éléphants. Sur un espace de 120 hectares, on croise des pandas roux, des lémuriens, et c'est Coralie, soigneuse qui fait découvrir le site à Chloé.

Le bon côté du métier c'est de nourrir les animaux, mais il y a aussi du nettoyage, faire les vitres.  C'est un métier risqué, on fait attention. On s'attache aux animaux et quand ils sont blessés c'est moins drôle.
 

Chloé et Coralie, au parc de Ste Croix, à l'heure du déjeuner des lémuriens. / © PCPL
Chloé et Coralie, au parc de Ste Croix, à l'heure du déjeuner des lémuriens. / © PCPL

La politique du parc s'inscrit dans une approche sauvage. Pas de caresses des visiteurs sur chaque animal rencontré. Depuis presque 40 ans, le succès ne se dément pas.  On observe on admire et on attend aussi parfois que les animaux s'approchent. 

Notre rôle c'est d'élever les consciences pour protéger les animaux à l'état sauvage. Conserver ici, des espèces menacées à l'extérieur. Clément Leroux, chargé de communication au parc de Ste Croix. 


Les loups et les pandas roux sont les plus populaires dans le parc auprès des visiteurs. Au fil de la déambulation, on comprend aussi mieux le rôle des animaux sauvages dans la nature. "Le loup a besoin de se nourrir, mais il n'est ni gentil, ni méchant. Il y a un juste milieu à trouver". 
 


Dernière étape du voyage de Chloé, à Essey les Nancy.


 
Pourquoi Chercher Plus Loin : nature sauvage et aventure



 

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy