• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Route 67

Du lundi au vendredi à 19h15
Logo de l'émission Route 67

Dingsheim et ses maisons Le Corbusier

Il existe dans le Bas-Rhin un lotissement conçu par un collaborateur de Le Corbusier. Les rues du quartier portent toutes des noms ayant un lien avec l'architecte de La-Chaux-de-Fonds. 50 ans après la mort de Le Corbusier, son architecture semble toujours d'actualité, jamais dépassée.  

Par PhD

Le lotissement du Parc est sorti de terre grâce à un promoteur autrichien, installé à la Meinau. Max Mayerl développe des planchers en béton, matériau dont il a compris l'intérêt tout de suite après la guerre. Il suit de près les travaux de Le Corbusier, qui très tôt avait lui-même utilisé le béton, notamment dans ses réalisations les plus connues comme la Chapelle de Ronchamps ou la célèbre Cité Radieuse de Marseille.

L' idée de Mayerl est simple: construire 220 maisons à proximité de Strasbourg, une ville qui souffre cruellement d'un manque de logements à la fin des années soixante. Mayerl doit convaincre un banquier. Il sort alors une carte maîtresse de sa manche: Goerges Présenté, un ancien collaborateur du maître.

Le béton n'a plus qu'à couler...
Le quartier du parc à Dingsheim
Reportage de Caroline Kellner et Denis Becker
A Dingsheim, bien des habitants se souviennent encore de ces constructions et des premiers occupants qui, souvent, arrivaient d'autres régions et se mélangeaient parfois difficilement avec les gens du village. Ils se souviennent aussi de la façon incroyable dont ces maisons étaient assemblées. Il paraît que ça allait assez vite surtout lorsque des camions arrivaient avec des morceaux de villa en kit qui étaient simplement déposés et raccordés sur une dalle de béton. De plus, l'architecte Goerges Présenté avait imaginé pour Dingsheim des maisons à toit plat et de plein pied, ce qui était loin d'être la norme dans la région il y a cinquante ans. 

Georges Présenté avait conçu en tout quatre types de maisons pour ce village. Elles avaient des caractéristiques récurrentes comme le béton, bien sur,  les mosaiques en facade aussi et les patios avec leurs portes en béton montées sur pivot. Des maisons harmonieuses qui finalement ont plutôt bien vieilli dans un quartier qui continue à vivre. Une réalisation réussie.



Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy