grand est
Choisir une région

Route 67

Du lundi au vendredi à 19h15
Logo de l'émission Route 67

Elle vole au secours des perroquets

Pascale et son petit protégé Coco / © C. Moreau / France 3 Alsace
Pascale et son petit protégé Coco / © C. Moreau / France 3 Alsace

En avril 2015, Pascale Gangloff a créé dans l'Eurométropole une association, APRP67, Association de Protection et de Replacement des Perroquets. Une association d'un genre unique en Alsace.

Par Caroline Moreau

Côté cuisine, il y a Coco, un majestueux amazone vert sur son perchoir. Dans le salon, on peut entendre les gazouillis de Zelda et les échanges animés entre Eliott et Koubo, deux gris du Gabon. Au milieu de cette joyeuse bande, Pascale s'affaire à couper quelques morceaux de fruits pour ses pensionnaires. Certains perroquets sont à elles, des oiseaux dont elle a fait l'acquisition il y a quelques années. Et puis il y a ses petits protégés. Coco est arrivé chez elle en août dernier. Son ancienne propriétaire est décédée et la personne qui en avait la charge ne se sentait pas de le garder. Il faut dire que Coco a son petit caractère : poussant des cris dès qu'un inconnu s'approche, ses gesticulations sur son perchoir et ses coups de bec ont de quoi impressionner. Mais il en faut plus à Pascale qui sait amadouer la bête en lui roucoulant des mots doux.

Elle vole au secours des perroquets
En avril 2015, Pascale Gangloff a créé dans l'Eurométropole une association, APRP67, Association de Protection et de Replacement des Perroquets. Une association d'un genre unique en Alsace. - France 3 Alsace


© C. Moreau / France 3 Alsace Comme Coco, Pascale a déjà recueilli une trentaine de perroquets depuis la création de son association en avril 2015. Des oiseaux abandonnés, perdus ou dont les propriétaires veulent se séparer. Quand elle prend sous son aile un nouvel oiseau, Pascale commence par le soigner et vérifier qu'il ne soit pas porteur d'une maladie. Pour éviter toute contagion entre les oiseaux, Pascale place chaque nouvel arrivant en quarantaine. Pour les examens médicaux, elle se déplace jusqu'au Luxembourg, chez un vétérinaire spécialisé dans le domaine aviaire - une spécialisation rare chez les vétérinaires français. 

Retrouver les propriétaires : un parcours du combattant
Une fois tout danger de contamination écarté, Pascale tente de retrouver les propriétaires des animaux. Son relais principal, ce sont les réseaux sociaux et les sites d'annonces. Si les oiseaux sont bagués, elle peut espérer retrouver leur provenance grâce aux registres. Des registres toutefois incomplets, sans aucune harmonisation internationale. Et quand bien même elle retrouve l'élevage d'origine, pas sûr pour autant que l'éleveur ait les coordonnées du dernier propriétaire en date. Il faut aussi se méfier des trafiquants qui se font passer pour les propriétaires afin de faire main basse sur des espèces qui peuvent se revendre jusqu'à plusieurs milliers d'euros. Seule solution se présentant alors à Pascale : trouver des familles d'accueil pour ces oiseaux "orphelins". Des familles d'accueil d'abord temporaires : pour s'assurer du bien-être de l'animal, mais aussi pour vérifier la "compatibilité" du foyer avec un tel oiseau. Car les perroquets sont certes beaux, mais ce sont des animaux très sensibles, parfois très bruyants, vivant plusieurs dizaines d'années, qui détestent la solitude, ont besoin de calme et d'espace : les maîtres novices peuvent donc rapidement déchanter. Quand la cohabitation se passe bien, les perroquets resteront définitivement dans leur famille d'accueil.


Lutte sur tous les fronts

A terme, Pascale Gangloff rêve de la création d'un grand refuge national pour tous ses perroquets orphelins. Pour l'heure, elle ne peut compter que sur les dons ou les adhésions à son association pour financer les soins et la nourriture des oiseaux. Elle s'est également lancée dans plusieurs combats : pour que les perroquets domestiqués profitent des mêmes droits et des mêmes protections que les animaux de compagnie comme les chats et les chiens. Elle veut également lever des fonds pour voler au secours d'espèces en voie de disparition comme le Kakapo ou le Ara Hyacinthe du Brésil. Elle a également lancé une pétition contre la taille des plumes qui empêche les oiseaux de voler (et donc pour certains propriétaires de s'échappe), une cause qu'elle entend porter au niveau européen.



Vous souhaitez confier un perroquet à Pascale, devenir famille d'accueil ou faire un don à l'association :