grand est
Choisir une région

Route 67

Du lundi au vendredi à 19h15
Logo de l'émission Route 67

Struthof : la réserve secrète

© Maxppp
© Maxppp

L'ancien camp de concentration conserve dans un lieu discret des milliers d'objets souvent présentés lors d'expositions. Tous ces objets proviennent essentiellement de dons faits au Centre européen du résistant déporté. Ils sont méticuleusement préservés.

Par PhD

Le Struthof, sur les hauteurs de Natzwiller possède son musée depuis 2005. Il s'agit du Centre Européen du résistant déporté qui recueille de nombreux dons depuis plusieurs années. Ce jour-là, un habitant de Schirmeck vient apporter un abat-jour découvert par hasard lors d'une promenade, c'était un élément du système d'éclairage du camp. Une découverte "incroyable" pour Frédérique Neau-Dufour, la directrice du site qui s'étonne que l'objet ait passé soixante dix ans dehors, recouvert de mousse, sans avoir été ramassé. Cette lampe sera enregistrée puis traitée et se retrouvera bientôt dans la réserve du musée.
Struthof : la réserve secrète
L'ancien camp de concentration conserve dans un lieu discret des milliers d'objets souvent présentés lors d'expositions. Tous ces objets proviennent essentiellement de dons faits au Centre européen du résistant déporté. Ils sont méticuleusement préservés.  - Marie-Christine Lang
La réserve est en fait une petite salle dans laquelle sont stockées dix mille pièces sur lesquelles veille Sandrine Garcia, la gardienne de ces morceaux de vie. On trouve dans les placards des tas d'objets comme ces cuillères du camp, des tasses pour le repas et même des œuvres d'art inattendues. Il y a par exemple ce bateau en modèle réduit, confectionné par un déporté. Ce dernier l'a offert à un habitant d'Obernai lors de l'évacuation du camp en novembre 1944 pour le remercier de l'avoir aidé en lui faisant parvenir de la nourriture lorsqu'il était prisonnier. Dans cette réserve, Caroline Garcia sauvegarde aussi beaucoup d'archives papier : des correspondances, des partitions de musique de déportés qui sont petit à petit numérisées. Il  y a aussi quelques objets de torture retirés du site et certains biens appartenant aux nazis. La direction du musée a en effet accepté de conserver des souvenirs nazis pour rappeler qu'il y avait des bourreaux et pas seulement des victimes au Struthof. 

Toutes ces pièces sont régulièrement sorties de la réserve pour apparaître à l'occasion d'expositions à Natzwiller ou ailleurs car ils sont aussi prêtés à d'autres musées afin d'être préservés de l'oubli.