Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Ebersheim : L'élevage d'escargot, un pari gagnant pour Michaël Meyer, jeune agriculteur

Mickaël Meyer est éleveur d’escargots pour la troisième saison. / © France 3 Alsace
Mickaël Meyer est éleveur d’escargots pour la troisième saison. / © France 3 Alsace

Les escargots sont un emblème de la gastronomie française dans le monde entier. En Alsace, une dizaine de producteurs seulement sont actifs. Parmi eux, Michaël Meyer : ce jeune agriculteur s’est lancé dans l’héliciculture pour se démarquer et vivre entièrement de l’agriculture.

Par Noémie Gaschy

C'était son rêve d'enfance : devenir agriculteur et en vivre. Michaël Meyer l'a réalisé en se lançant dans l'héliciculture, c'est-à-dire l'élevage d'escargots. En 2016, lorsqu'il a repris l'exploitation de son oncle, ses 38 hectares de céréales ne lui suffisaient pas pour se verser un salaire digne de ce nom. Il a dû compléter par un emploi à mi-temps dans une gravière. Le temps de trouver le bon créneau : les escargots, très peu produits en Alsace. 
 
Les escargots sont cuits dans un bouillon de légumes et du vin blanc avant d'être mis dans des coquilles. / © France 3 Alsace
Les escargots sont cuits dans un bouillon de légumes et du vin blanc avant d'être mis dans des coquilles. / © France 3 Alsace

"Personnellement, j’aime beaucoup en manger, donc je me suis dit qu’étant donné que nous sommes à côté de Sélestat, une assez grande ville, il y avait du potentiel en termes de vente directe, explique le jeune homme de 35 ans, installé à Ebersheim (Bas-Rhin). Le bassin de population est important. J’ai donc choisi ce produit. Peu de gens sont sur ce créneau. Il y a un producteur à Ostheim, un autre à Meistratzheim, ensuite il faut aller jusqu’à Lapoutroie. On est éloignés les uns des autres, chacun travaille sur son secteur, il y a de la place pour tout le monde".
 

De 5.000 à 140.000 escargots en deux ans

Deux ans après ses débuts, son pari est déjà gagnant : cette année, il a élevé 140.000 escargots, contre 5.000 seulement en 2017. Les clients sont au rendez-vous dans le magasin de sa ferme et sur les marchés. Beaucoup recherchent du "fait maison" après avoir été souvent déçus par les produits industriels. Certains avaient l'habitude de préparer des escargots eux-mêmes et veulent retrouver le goût de la bonne cuisine.
 
La coquille de ces "Schnack'apéros" est en fait de la pâte et se mange. / © France 3 Alsace
La coquille de ces "Schnack'apéros" est en fait de la pâte et se mange. / © France 3 Alsace

Michaël Meyer a fait installer un laboratoire chez lui pour être capable d'assurer ces gros volumes. Il a quitté son second emploi et réalise aujourd'hui la moitié de son chiffre d'affaires sur l'exploitation grâce aux escargots. Avec 1200 euros environ de salaire chaque mois, il arrive à vivre de son métier d'agriculteur. A l'avenir, il espère aller encore plus loin en assurant lui-même la partie reproduction. Pour l'heure, il achète encore les petits gastéropodes chez un producteur installé au sud de Lyon.