grand est
Choisir une région

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Un été sans Pfifferdàj

Les chars du Pfifferdàj resteront remisés dans les entrepôts municipaux / © Jerôme Gosset
Les chars du Pfifferdàj resteront remisés dans les entrepôts municipaux / © Jerôme Gosset

Avec ses 600 ans d'existence, la fête des Ménétriers de Ribeauvillé plus connue sous son nom alsacien, Pfifferdàj, est ancrée au plus profond des habitudes des habitants de la ville. La fête qui draine chaque année plus de 20 000 visiteurs a été annulée à cause de coronavirus.

Par Judith Jung

Ils sont tristes, certains disent même qu'ils ont le coeur brisé. A Ribeauvillé, les habitants ont dû se résoudre à l'annulation du Pfifferdàj. La plus vieille fête d'Alsace (on dit d'elle qu'elle a plus de 600 ans) n'aura pas lieu ce premier week-end de septembre.
Habituellement, le dimanche de la fête, la principale rue commerçante est envahie par des milliers de spectateurs venus voir un défilé tout droit sorti du Moyen-Âge et de l'imagination du directeur artistique de la ville en charge du Pfiff, Antoine Helbert. "Cette année, nous devions consacrer notre défilé aux Vikings, dit-il. Mais nous n'avons jamais commencé la fabrication des chars. Le confinement nous en a empêché". Les entrepôts qui en cette saison devrait grouiller de vie et de l'énergie de dizaines de bénévoles, sont vides, seuls quelques chars remisés et des éléments de décors peuplent le lieu. 
En 600 ans d'existence, la fête du Pfifferdàj n'a été annulée qu'à de rares occasions, en 1789 au moment de la Révolution, durant les guerres mais aussi en 1968. Le maire de l'époque considérait alors que le Pfiff était une fête dégradante à cause de la quantité d'alcool ingurgitée alors, mais c'était sans compter sur la résistance de certains habitants à commencer par celle du jeune Jean-Louis Christ, le maire actuel de la commune. "En 1968, nous étions en colère contre la décision du maire. Nous sommes allés chanter l'hymne du Pfiff sous ses fenêtres et nous sommes retouvés entre camarades pour faire notre fête à nous", nous explique-t-il. 
Pour ne pas passer complètement à côté de la fête, l'association d'histoire locale va présenter une exposition retraçant l'histoire du Pfiff. Des documents ont été puisés dans les 200 000 photos collectés au fil du temps. L'exposition est à voir dans la salle des Bouchers.
Et pour ne pas faillir à la tradition, la cloche du Pfifferdàj sonnera dimanche, comme c'est son habitude, pour honorer cette fête ancestrale.