grand est
Choisir une région

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50 sur France 3 Alsace
Logo de l'émission Rund Um

La ferme Hoeffel de Walbourg primée pour sa gestion verte de son exploitation

Corinne Bloch et Ernest Hoeffel élèvent 300 charolaises sur un domaine de 180 ha à Walbourg (Bas-Rhin) / © J.Jung/France Télévisions
Corinne Bloch et Ernest Hoeffel élèvent 300 charolaises sur un domaine de 180 ha à Walbourg (Bas-Rhin) / © J.Jung/France Télévisions

Corinne Bloch et Ernest Hoeffel ont encore du mal à y croire. Ils viennent de décrocher un premier prix au Concours général agricole dans la catégorie "agroforesterie". De quoi s'agit-il ? Explications.

Par Judith Jung

Entre Corinne Bloch et ernest Hoeffel c'est une histoire de convictions. Elle, est la "madame compost" d'Alsace. Lui, est le "monsieur génétique" de la charolaise. Ensemble, ils ont opté pour un mode d'exploitation très vert de leur ferme de Walbourg (Bas-Rhin) qui compte 300 charolaises. Une philosophie pour laquelle ils viennent d'être récompensés au Concours général agricole où ils ont remporté le premier prix national dans la catégorie "agroforesterie". "Nous nous sommes inscrits car on nous l'a demandé. Nous avons rempli le dossier à la dernière minute sans y croire" avoue le couple qui reste encore sans voix.

L'agroforesterie, c'est quoi ?

C'est simple sur leur domaine de 180 ha tout est connecté. Le couple entretient près de 6 km de haies qui entourent leurs champs. Des saules, prunelliers ou sureaux qui sont un formidable réservoir de biodiversité et qui nourrissent aussi les bêtes. En été, les charolaises grignont les feuilles des arbres et en hiver elles se reposent sur une litière composée des branches broyées des arbres recépés. Cette litière retournera à la terre sous forme de compost. "La vie s'installe" et c'est ce qu'il faut selon Ernest Hoeffel.    

Les charolaises grignotent les feuilles vertes des arbres durant l'été sur toutes les prairies du domaine / © J.Jung/France Télévisions
Les charolaises grignotent les feuilles vertes des arbres durant l'été sur toutes les prairies du domaine / © J.Jung/France Télévisions

Si cette technique est ancestrale, elle a été abandonnée il y a une cinquantaine d'années au profit de la mécanisation et de l'industrialisation. Le couple ne jette la pierre à personne mais aimerait que d'autres agriculteurs se lancent dans une gestion plus verte de leur exploitation. "Avant il y avait des arbres partout. La rotation des cultures n'était pas un sujet. Depuis l'arrivée des grosses machines et de l'industrialisation, tout cela a disparu. Mais la nature et la biodiversité ne supportent pas l'industrialisation" martèle Ernest qui préfère aussi semer des céréales anciennes et du méteil, un mélange de cinq céréales et deux légumineuses. "Du chocolat pour nos bêtes" et un engrais vert pour les sols.   

Une trame verte pour reverdir la campagne

A l'image de Corinne Bloch et Ernest Hoeffel, la Communauté de communes Sauer-Pechelbronn désir créer une trame verte sur l'ensemble du territoire."Notre secteur est encore relativement préservé mais l'étalement urbain et la gestion intensive des forêts et champs y sont aussi une réalité" explique Frédérique Weber, chargée de mission environnement à la Communauté de communes qui souhaite "recréer un maillage" avec la plantation de diverses essences pour redonner vie à la campagne.

Pruneliers, sureau, aubépine ont été plantés à divers endroits autour de Laubach (Bas-Rhin) / © J.Jung/France Télévisions
Pruneliers, sureau, aubépine ont été plantés à divers endroits autour de Laubach (Bas-Rhin) / © J.Jung/France Télévisions

Un projet global salué par Corinne Bloch et Ernest Hoeffel qui a déjà convaincu une dizaine de communes sur les 24 que compte la Communauté de communes. Parmi elle, le petit village de Laubach dont le maire n'a pas attendu la création de cette trame verte pour planter plusieurs mètres de haies grâce à des chantiers participatif. Et il n'en restera pas là. Jean-Louis Klipfel est aussi en discussion avec les agriculteurs du coin pour mettre en place des fauchages tardifs et d'autres plantations d'arbres. "Je ne voudrais pas que nos enfants nous disent : vous saviez en 2021 que les insectes disparaissaient. Qu'avez-vous fait ? ". 

A Walbourg, Corinne et Ernest espèrent naturellement que ces actions vont se multiplier. Ils vous accueillent chez eux, 2 rue de l'église, le 25 juin à 17 heures pour une visite de la ferme.