Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Handicapés moteurs et artistes

Depuis une dizaine d'années, les résidents de l'ARAHM (Association Régionale "l'Aide aux Handicapés Moteurs") vendent leurs tableaux et sculptures à la foire d'art contemporain St'Art, de Strasbourg, sous l'égide de l'artiste Francis Waydelich.

Par Carine Feix

L'atelier peinture et sculpture à l'Arahm
Leurs oeuvres d'art jouent dans la cour des grands. Tous les mardis, les résidents de l'ARAHM (Association Régionale "l'Aide aux Handicapés Moteurs") se relaient derrière le pinceau. Ils peignent traits, petits points, associent les couleurs.... Bref, ils s'expriment sous le regard connaisseur et bienveillant de Francis Waydelich. L'ancien décorateur, collectionneur d'art et frère de l'artiste Raymond Waydelich, n'en revient toujours pas du chemin parcouru. Dix ans après le modeste lancement de l'atelier, les résidents comptent de nombreuses ventes au salon St'Art, plusieurs expositions à Strasbourg, Paris, Karlsruhe... Leurs masques africains colorés, notamment, font fureur.
Dans son fauteuil, Caroline, 21 ans, ne cache pas son plaisir. Avec son pinceau, elle décore des sous-bocks Meteor pour la prochaine édition de la foire strasbourgeoise d'art contemporain. A la table d'à côté, Manuel, 24 ans, et Hugo, remplissent un moule d'argile. Ils entament la fabrication de 300 sculptures de cathédrales qui seront exposées à la vente chez un antiquaire l'an prochain, face au monument. De tels projets, Francis Waydelich ne cesse d'en imaginer. Les participants de son atelier ne disposent pas de toutes leurs capacités, et pourtant : "Ils sont bien plus doués que beaucoup d'autres", dit-il. "Ils trouvent de nouvelles manières de faire de l'art et réalisent parfois des chefs-d'oeuvre".

Peindre des petits points, c'est bon pour la dextérité
L'ARAHM accueille quelques 700 personnes handicapées moteurs. A Strasbourg, l'association accompagne les jeunes résidents de la crèche au baccalauréat, grâce à l'école dans son enceinte. Parmi les jeunes adultes, certains travaillent au sein de l'ESAT de la structure. Avec tout ce monde, il faut de nombreux bénévoles pour assurer les animations. La direction voit ainsi d'un bon oeil l'atelier peinture du mardi. Il améliorerait non seulement la dextérité des participants, mais aussi leur concentration. Et puis... ils sourient!