Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Les Jaguars ont le blues... En alsacien

Ils jouent ensemble depuis plus d'un demi-siècle et ont choisi de revenir aux racines : le blues. A Saint-Louis, Les Jaguars reprennent des classiques de Muddy Waters, Robert Johnson ou Willie Dixon. Mais surtout, pas comme tout le monde... Ils adaptent les paroles en alsacien. 

Par Carine Feix

"Gib mïr Champagner, ich hàà Durscht"... C'est ce genre de paroles en alsacien que Gilbert Troendlé, voix et harmonica des Jaguars, se plait à chanter. L'idée du blues en dialecte, c'est lui qui l'a eue. Il signe les traductions des classiques des années 1940-50, tels que ceux de Muddy Waters. Un style adopté depuis 5-6 ans qui plaît au public, qui comprend (enfin) les paroles, d'après le musicien.

Un demi-siècle d'histoire

L'histoire des Jaguars a démarré en 1963, avec notamment Jean-Marc Troendlé à la basse, Louis Périn à l'accordéon et à la guitare. A l'époque, les jeunes compagnons de route donnent plutôt dans le rock, les années 60, le yéyé. Ils enchaînent les concerts, avec leur petit succès, et même quelques dates prestigieuses, comme ce soir de gala avec Dick Rivers dont ils gardent précieusement le programme dans un album photo.

Ensuite, leur histoire ressemble à celle de nombreux autres groupes locaux : ils se sont séparés, puis remis ensemble. Ils ont signé une comédie musicale, sous le nom de groupe "Théorème". Se sont séparés, à nouveau. Puis, l'envie de jouer les a chatouillés à nouveau ; mais cette fois-ci, plus de tubes des sixties, plus de compositions pop-rock. Du blues, traînant, chaloupé. René Fritz, notamment, les a rejoints au clavier. Le batteur, lui, a changé plusieurs fois. 

Un Chevalier des Arts et des Lettres

Pour Louis Périn, les 50 ans passés au sein des Jaguars ont eu un impact indéniable sur sa vie. Ancien professeur d'italien, il s'est lancé dans l'écriture d'une cinquantaine de romans et de pièces de théâtre. Pour lui, ce goût pour l'écriture viendrait des paroles et des chansons qu'il écrivait, jeune homme, pour son groupe. Efforts récompensés, puisqu'il obtiendra bientôt le titre de Chevalier des Arts et des Lettres. 

Le groupe continue à tourner. Après deux participations au concours de chant "d'Stimme" de la radio France Bleu Elsass et de l'OLCA (l'Office pour la langue et la culture d'Alsace et de Moselle), ils donnent régulièrement des concerts dans les environs de Saint-Louis. Prochaines dates prévues : en juin au Casino de Blotzheim ainsi qu'à la fête de la Musique.