Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Jean-Jacques, vannier depuis soixante-dix ans

Jean-Jacques Riedinger en plein travail dans son atelier / © E. Gambette - France 3 Alsace
Jean-Jacques Riedinger en plein travail dans son atelier / © E. Gambette - France 3 Alsace

Depuis près de 70 ans, Jean-Jacques Riedinger occupe son temps libre à faire des paniers d'osier. Cet habitant de Hoerdt a appris l'art de la vannerie par un voisin, durant l'hiver 1949-50. Et tandis que ses doigts créent, les souvenirs affluent.
 

Par SP

Le geste est précis, et le regard vif. Pour préparer ses fonds de paniers, ou trier ses brins d'osier par épaisseur et par longueur, Jean-Jacques Riedinger n'a pas besoin de les mesurer. "Tout est dans les doigts et dans l'œil", explique cet homme de presque 85 printemps. Fils d'agriculteur, il a travaillé dès les années 1950 pour le syndicat de l'eau, tout en continuant à s'occuper de la ferme familiale. La production de paniers était une occupation accessoire, mais indispensable à la vie quotidienne : "Ma mère se plaignait constamment de manquer de paniers, se souvient Jean-Jacques. En effet, ils s'usent, ils ne sont pas éternels."


Un panier pour chaque usage

Jusqu'à l'orée des années 1960, de nombreux habitants de Hoerdt savaient tresser des paniers pour leurs besoins domestiques et agricoles. Des paniers ovales à une anse centrale, pour aller chercher les asperges. Grands et ronds pour les pommes. Plus petits pour les pommes de terre. "Trois de ces paniers bien remplis, ça faisait cinquante kilos" précise Jean-Jacques. Petits et bas, ils étaient destinés aux épluchures, aux oignons ou aux œufs. "Ou à chercher les salades." Le panier de cerises était plus étroit et haut, "avec deux poignées qui permettent de l'attacher à sa ceinture, pour le maintenir devant soi." Et les bouteilles de vin ou de schnaps étaient revêtues d'un habit d'osier tressé, parfois doublé de paille, qui les protégeait des chocs.
 
Des paniers de toutes formes et toutes tailles, adaptés à chaque usage / © SP - France 3 Alsace
Des paniers de toutes formes et toutes tailles, adaptés à chaque usage / © SP - France 3 Alsace


Jean-Jacques n'a rien oublié de ce passé aujourd'hui révolu. Tous ces types de paniers, quelle que soit leur forme ou leur taille, il sait toujours les tresser pour ainsi dire les yeux fermés. Il en a même créé, pour le plaisir, quelques exemplaires totalement surdimensionnés. Car le mode de fabrication reste toujours le même : une base en brins d'osier bien épais, en croix, fixés entre eux par quelques rangs de tressage bien serré. Puis la création du fond, légèrement bombé, l'ajout des brins bien solides pour l'armature verticale, et la suite du tressage, à raison de 24 brins à la fois.
 
Le fond du panier doit être bombé pour assurer sa stabilité / © E. Gambette - France 3 Alsace
Le fond du panier doit être bombé pour assurer sa stabilité / © E. Gambette - France 3 Alsace


Son art, Jean-Jacques Riedinger l'a appris à 15 ans, d'un voisin. "Durant l'hiver 1949-50, je suis allé plusieurs après-midi chez cet homme", se souvient-il. C'était fin janvier, début février, on travaillait dans la stubb, au premier étage. Il m'a tout montré et expliqué." Le reste, Jean-Jacques l'a acquis au fil du temps, en essayant, en testant, en apprenant de ses erreurs.
 
Un panier à bouteilles de près de deux mètres, un panier d'asperges et un panier à pommes géants / © E. Gambette - France 3 Alsace
Un panier à bouteilles de près de deux mètres, un panier d'asperges et un panier à pommes géants / © E. Gambette - France 3 Alsace


Son activité professionnelle l'a conduit à effectuer les relevés des compteurs d'eau de tout le secteur. "J'étais chez moi partout, sourit-il. A Weyersheim, il y avait un quartier de vanniers qui, eux, vivaient de leur activité." C'est d'eux qu'il a appris comment éplucher les brins d'osier, "pour qu'ils deviennent blancs. Un gros travail, car il faut d'abord les cuire dans une grande casserole. Mais si on les laisse reposer durant l'hiver, vers le 10 avril ils se laissent peler facilement."
 
La cueillette des brins de saule commence à l'automne / © SP - France 3 Alsace
La cueillette des brins de saule commence à l'automne / © SP - France 3 Alsace


Au fil des ans, Jean-Jacques Riedinger a découvert les haies de saules sauvages, et "trouvé une variété bonne à travailler." Il a aussi planté ses propres saules sur les terrains humides où la nappe phréatique est proche de la surface du sol. Depuis sa retraite, il continue de tresser une centaine de paniers par an, même si les clients se font rares. Car il n'a jamais considéré la vannerie comme une activité lucrative. D'ailleurs, il se souvient qu'un ancien de Hoerdt se plaisait à dire : "En faisant un panier, je réduis le franc à un centime." Par panier, il faut compter quatre à cinq heures de travail et environ 120 brins d'osier à couper, trier et préparer, ce n'est donc pas un travail très rémunérateur.
 
Après la cueillette, les brins d'osier sont triés selon leur longueur et leur épaisseur / © SP - France 3 Alsace
Après la cueillette, les brins d'osier sont triés selon leur longueur et leur épaisseur / © SP - France 3 Alsace


Pourtant, Jean-Jacques n'arrive pas à s'arrêter. Depuis cet automne, comme tous les ans, il récolte régulièrement son osier, qu'il trie à son retour. Il peut le laisser tout l'hiver à l'air libre dans sa cour, et l'utiliser au fur et à mesure de ses besoins. Lorsqu'au printemps les brins deviendront trop secs, il suffira de les laisser tremper une dizaine de jours pour leur rendre leur souplesse.
 
Le retour après la cueillette, remorque attachée au vélo / © E. Gambette - France 3 Alsace
Le retour après la cueillette, remorque attachée au vélo / © E. Gambette - France 3 Alsace


Aujourd'hui, Jean-Jacques Riedinger est l'un des derniers habitants de Hoerdt à détenir ce savoir. Riche de ses souvenirs, il se sent le témoin d'un passé révolu, mais pas si lointain, où le plastique n'existait pas encore.