• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 20h45
Logo de l'émission Rund Um

La pomme de terre d'Alsace se refait une santé

La pomme de terre se plait dans une terre profonde et limoneuse / © J.Jung/France 3 Alsace
La pomme de terre se plait dans une terre profonde et limoneuse / © J.Jung/France 3 Alsace

1500 hectares de nos champs sont consacrés à la pomme de terre. Et en ce moment, la récolte de la pomme de terre nouvelle bat son plein. Pour nous, l'occasion de faire le point sur une profession qui a dû s'adapter à l'interdiction grandissante d'utiliser des produits phytosanitaires.

 

Par Judith Jung

1500 hectares des champs d'Alsace sont consacrés à la pomme de terre. Et en ce moment, la récolte de la pomme de terre nouvelle bat son plein à travers toute la région. Pour nous l'occasion de faire le point sur une profession qui a dû s'adapter à l'interdiction grandissante d'utiliser des produits phytosanitaires.

Une terre profonde et limoneuse, rien de mieux pour produire de la pomme de terre selon Roland Schweitz, producteur à Duttlenheim (Bas-Rhin). "Regardez-moi cette brillance, cette pomme de terre pourrait être vendue place Vendôme". Spécialisé dans cette culture depuis 1990, Roland Schweiz s'occupe de toute la chaîne, de la plantation à la vente. 
 
Roland Schweitz récoltera près de 6.000 tonnes de pommes de terre cette année et c'est la pomme de terre nouvelle, avec sa peau fine, qui ouvre la saison. / © J.Jung/France 3 Alsace
Roland Schweitz récoltera près de 6.000 tonnes de pommes de terre cette année et c'est la pomme de terre nouvelle, avec sa peau fine, qui ouvre la saison. / © J.Jung/France 3 Alsace

Quantité et qualité

Cette année sera plutôt une bonne année selon le producteur qui parle d'un printemps pluvieux et frais, favorable à la culture de la pomme de terre. "Et pour la qualité, elle sera bonne, aussi. Comme la récolte est précoce, on n'a presque pas utilisé de produits chimiques contre les maladies. Comme on a pu les sortir très tôt de terre, le mildiou, par exemple, n'a pas posé de réel problème".

Une année test, aussi, en matière de techniques alternatives pour faire face à l'interdiction grandissante d'utiliser des produits phytosanitaires. Herbicides, fongicides, de plus en plus de traitements sont prohibés ce qui pousse toute la profession à tester de nouvelles machines et techniques. Chez les Schweitz, par exemple, le défanage (action de détruire les fanes avant la récolte) se fait mécaniquement à présent tout comme le désherbage. "On vend nos patates directement aux consommateurs. Forcément, on a à cœur d'améliorer nos pratiques ce qui n'est pas évident au début. C'est une autre façon d'aborder notre métier qui implique plus de travail, plus d'heures passées dans les champs". Au bout d'un an d'essais, le producteur se dit plutôt satisfait d'autant plus que la réduction de pesticides lui permet aussi de faire des économies.

Une production globale en baisse depuis plusieurs années

Aléas climatiques, interdiction grandissante d'utiliser des produits phytosanitaires, fermeture de coopératives, les raisons sont nombreuses pour expliquer la baisse de production des pommes de terre d'Alsace (il existe une vingtaine de variétés). Une production qui a chuté de 18%, ces dernières années, et qui ne nourrit plus que 50% de la population alsacienne. Les autres patates viennent de Champagne-Ardennes ou du Nord. 

 

SNCF/privé David Valence