grand est
Choisir une région

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50 sur France 3 Alsace
Logo de l'émission Rund Um

Portrait : Jean Paul Ehrismann nous raconte son chemin de Compostelle

Jean Paul Ehrismann devant la cathédrale de Strasbourg, où il a commencé son pèlerinage. Il raconte son périple dans un livre qu'il vient de publier. / © Olivier Stephan
Jean Paul Ehrismann devant la cathédrale de Strasbourg, où il a commencé son pèlerinage. Il raconte son périple dans un livre qu'il vient de publier. / © Olivier Stephan

Dans un livre qu'il vient de publier, Jean Paul Ehrismann raconte son pèlerinage jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il y relate ses rencontres, ses émotions et découvertes. Pour lui, le chemin est une manière de se reconnecter, à soi-même et à la nature qui nous entoure.

Par Muriel Kaiser

Dans son livre "Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle", Jean Paul Ehrismann raconte SON chemin. Un pèlerinage qu'il a commencé devant la cathédrale de Strasbourg. "Saint-Jacques, le chemin qui mène à ton tombeau est aussi celui qui mène au Christ", déclare-t-il en s'adressant à la représentation de l'apôtre sur le portail central de l'édifice. Le voilà parti pour 2.300 km. "On se revoit dans 3 mois !" lance-t-il dans un éclat de rires.

Muni de ses deux bâtons de pèlerin et de son béret bleu, Jean Paul attire l'attention, sur le parvis de la cathédrale. Des passants l'arrêtent, le questionnent : "vous faites le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle ? Moi aussi, j'aimerais bien le faire", lui confie une femme. Jean Paul, bienveillant et pédagogue, lui indique alors la présence de Saint-Jacques à 11 reprises, sur et dans la cathédrale, et fournit les explications religieuses que la passante lui demande. 

Jean Paul Ehrismann l'assure : "la marche permet de se reconnecter à soi-même". / © Olivier Stephan
Jean Paul Ehrismann l'assure : "la marche permet de se reconnecter à soi-même". / © Olivier Stephan


Jean Paul parcourt chaque année une partie du chemin qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle. Un moment où il se sent profondément vivant et où il se reconnecte à la nature. Dans la forêt, il s'exclame : "regardez-moi cet environnement, ce bol d'air ! Les fleurs sont si belles et sentent bons, les oiseaux chantent... cela permet de se rappeler à quel point la nature est magnifique". Pour lui, le pèlerinage permet d'apprendre. "On se sent très différent sur le chemin. Après une telle aventure, on n'est plus le même !"

Peu importe la distance que l'on parcourt ou le temps que l'on met, "tout cela n'a aucune importance. Chacun son rythme, d'où l'intérêt de marcher seul". Pour autant, le chemin est également ponctué de rencontres et de surprises. Dès qu'il voit une église, Jean Paul s'y rend, s'intéresse à son histoire, dépose un cierge ou prie... "Cette église est l'une des plus anciennes d'Alsace", nous explique-t-il devant le Dompeter, à Avolsheim. "Elle est désignée comme étant l'église des Scouts. En effet, en 1933, ils l'ont rénovée avec le prêtre de l'époque. Lors de la Seconde Guerre mondiale, ils ont dû aller au front. Près de 200 d'entre eux ont perdu la vie. Leurs noms sont mentionnés à l'intérieur de l'église".

Sur le chemin, Jean Paul s'arrête visiter les églises et prier. Le Dompeter, à Avolsheim, lui tient particulièrement à cœur. / © Olivier Stephan
Sur le chemin, Jean Paul s'arrête visiter les églises et prier. Le Dompeter, à Avolsheim, lui tient particulièrement à cœur. / © Olivier Stephan


Cet édifice religieux, Jean Paul le porte dans son coeur. Il aime s'y rendre et prier. Il récite le Notre-Père en alsacien. "J'ai grandi dans la foi. Une fois adulte, j'ai approfondi ma croyance en lisant l'Evangile et la Bible. J'y ai vu des valeurs qui m'étaient familières et que j'essaye d'appliquer au quotidien", nous confie-t-il. L'église, qui fait partie du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, est également un décor qui inspire Jean Paul pour ses dessins. "Les croquis expriment ce qui se passe à l'intérieur de moi et que j'ai besoin et envie de faire sortir".

Sur le chemin, les dessins prenant du temps, Jean Paul photographie "pour [se] souvenir des moments. J'ancre les souvenirs en moi grâce aux photos. Ensuite, quand je regarde les photos, je me souviens exactement du moment où je les ai prises, les émotions qui m'ont traversé à ce moment-là, et je fais ressortir tout cela dans mes dessins". Dans son livre, naturellement, Jean Paul raconte son pèlerinage à travers l'écriture et les dessins. "Quand on rentre de Saint-Jacques-de-Compostelle, on a vécu tant de choses, on a rencontré tant de belles personnes et visité énormément d'églises... forcément, c'est une aventure qu'on a envie de partager !" conclut-il, tout sourire.