• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 20h45
Logo de l'émission Rund Um

Schieweschlàwe d'Offwiller : des milliers de disques lancés dans le ciel pour faire revenir le soleil

Malgré le vent, beaucoup d'habitants et de touristes étaient rassemblés autour du feu. / © France 3 Alsace
Malgré le vent, beaucoup d'habitants et de touristes étaient rassemblés autour du feu. / © France 3 Alsace

C’est un rituel immuable dans la commune d’Offwiller. Chaque année, le dimanche après mardi gras, les habitants se réunissent sur une colline du village et lancent des disques en bois enflammés dans le ciel pour faire revenir le soleil et chasser l'hiver. 

Par Noémie Gaschy

Le village d'Offwiller, dans le nord de l'Alsace, est l'un des derniers à célébrer le Schieweschlàwe, dans la région. Le premier dimanche de carême, en début de soirée, les habitants mais aussi des touristes grimpent une dizaine de minutes en direction d'une clairière au-dessus du village, le fameux "Schiewabarri"

Là-bas, un grand feu est allumé pour enflammer des disques en bois, aujourd'hui fabriqués par l'ébénisterie du village. Fixés sur un bâton, ils sont ensuite envoyés dans le ciel, plus ou moins loin selon la technique et l'habitude de ceux qui s'y essayent. Certains cumulent des années de pratique car à Offwiller, on lance des Schiewa dès son plus âge. 

La tradition remonterait aux Celtes et aurait été pratiquée autrefois dans l'espace rhénan supérieur, dans toutes les communes surplombées d'une colline. Les anneaux enflammés sont censés faire revenir le soleil, et chasser l'hiver et les mauvais esprits.
 


Autour de la fête, tout Offwiller se mobilise. Au musée du village, Roland Friedrich explique et montre comment les familles fabriquaient leurs Schiewa, à la main. Dans une pièce voisine, une exposition d'art contemporain est consacrée au "Schieweschlàwe". L'artiste Marine Froeliger a imaginé des disques en bois de la taille des 33 tours, sur lesquels de la musique est même gravée. La tradition devient objet d'art pour dépoussiérer un rituel très ancien et ainsi attirer un nouveau public, plus jeune et lointain.

Vincent Lambert : la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des traitements