• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Et si vous faisiez pipi dans votre jardin pour remplacer les pesticides interdits à la vente depuis janvier ?

Un jardin au naturel sur les hauteurs de Neubois / © J.Jung
Un jardin au naturel sur les hauteurs de Neubois / © J.Jung

Utiliser son urine pour amener minéraliser le sol, une idée farfelue peut-être mais selon les adeptes du jardinage au naturel cela peut fonctionner. C'est l'une des nombreuses alternatives qui peuvent remplacer les engrais chimiques interdits à la vente pour les particuliers depuis janvier.

 

Par Judith Jung

Chaque année, nous produisons environ 500 litres d'urine qui contiennent quatre kilos de minéraux. Des minéraux qui peuvent être utiles à la terre de nos jardins selon les membres des Amis du compost et du jardin du centre Alsace (ACJCA) à partir du moment où nous sommes en bonne santé, bien sûr. Ces jardiniers n'ont jamais utilisé de pesticides pour faire pousser leurs arbres et plantes. Ce sont des fans du jardinage au naturel qui connaissent une multitude d'alternatives pour entretenir nos sols et plantes. Des alternatives nécessaires car depuis le 1r janvier les pesticides sont interdits pour les jardiniers amateurs dans toutes les jardineries et autres points de vente français.

Du petit-lait contre le mildiou et du lait de cendre en guise d'engrais

Jean-Claude Naas, membre de l'ACJCA n'est pas mécontent de montrer son bidon de petit-lait mélangé à de l'eau de pluie pour traiter naturellement son verger contre le mildiou ou le monilia. Ce guide jardin concocte des engrais et produits naturels depuis des années. Ainsi, il préparera un lait de cendre avec un kilo de cendre de bois pour dix litres d'eau de pluie pour fortifier ses tomates, par exemple.

Ne pas retourner la terre

Et bien entendu, Jean-Claude Naas comme tous les autres adeptes du jardinage au naturel ont remisé leurs motoculteurs qu'ils n'utilisent plus depuis des années car il est très mauvais de retourner la terre. "Toute la vie se trouve dans 6-7 premiers centimètres" nous dit Augustin Frigeni, président de l'ACJCA. En retournant la terre, on anéantit donc tout le travail réalisé par les verres de terre et les autres petits amis du jardin. Et il faut tout recommencer. 

Des pratiques que vous allez certainement retrouver dans les différents ateliers proposés dans le cadre de la Semaine des alternatives aux pesticides qui se tient du 20 au 30 mars 2019.

Les oies sont des tondeuses redoutables et leurs déjections nourrissent le sol comme celles des poules / © J.Jung
Les oies sont des tondeuses redoutables et leurs déjections nourrissent le sol comme celles des poules / © J.Jung

La biodiversité avant tout

Mais à côté de tous ces conseils, les plus important est de ramener la biodiversité au coeur du jardin. Cette vie que nous avons fait fuir pendant des années. Nichoirs, poules, abeilles... Des copains précieux qui avalent les nuisibles dont nous ne voulons pas et qui, à leur manière, entretiennent nos espaces verts. Alors à vos serfouettes !

 

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy