• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 20h45
Logo de l'émission Rund Um

Strasbourg : le FEC bientôt obligé de fermer les portes du resto U le dimanche et le soir ?

Le resto U accueille quatre fois moins d'étudiants les midis qu'à sa période la plus faste. / © France 3 Alsace
Le resto U accueille quatre fois moins d'étudiants les midis qu'à sa période la plus faste. / © France 3 Alsace

Le Foyer de l'Etudiant Catholique (FEC) traverse une crise depuis deux ans. Les subventions que lui verse le Crous ont diminué d'un quart. Conséquence : les portes du restaurant universitaire sont déjà fermées le samedi, elles pourraient bientôt l'être aussi le dimanche et le soir.

Par Noémie Gaschy

Cela a provoqué un petit tremblement de terre dans le milieu étudiant strasbourgeois. Les cuisines du Foyer de l'Etudiant Catholique - FEC - restent vides chaque samedi depuis un an. La direction du foyer cherche à réduire ses coûts de fonctionnement depuis que le Crous a baissé sa subvention d'un quart : moins 64.000 euros depuis 2017.

Les salariés du FEC estiment que la façon dont est gérée le restaurant universitaire dérange et que le Crous aimerait mettre la main sur le foyer. Le cuisinier ne s'approvisionne pas via des centrales d'achat, mais auprès de petits producteurs locaux. Pour lui, hors de question de cuisiner systématiquement du surgelé. Il prend plaisir à préparer lui-même certains desserts. C'est précieusement cette façon de faire, éloignée de la seule obsession de rendement qui serait dans le viseur. 

Le Crous se défend, expliquant que la subvention a simplement été ajustée à la hauteur de celle des autres restaurants universitaires agréés de la ville et qu'il a même fait un effort pour prendre le relais du Cnous (Centre national des œuvres universitaires et scolaires), qui en 2016, a cessé de verser les 200.000 euros attribués jusque-là au FEC. Le Crous a alors assumé de soutenir le resto U à un montant de 170.000, sur ses fonds propres, nous dit-on.

Vous l'aurez compris, chaque camp pointe les responsabilités de l'autre. Et cela ne fait pas les affaires du restaurant, qui ne sert plus que 400 repas par jour, contre 1600 à sa période la plus faste, des années 1960 aux années 1990. Un crève-coeur pour tous ceux qui ont un jour franchi les portes de ce lieu, devenue institution à Strasbourg, autant pour la renommée de son resto U - avec coin pizzas, bar à pâtes et plusieurs plats au choix chaque jour - que pour la partie hébergement où l'ambiance se veut très familiale.

Un état d'esprit insufflé par le frère Médard, créateur du foyer en 1925. Il tenait à nourrir aussi bien le corps des étudiants que leur esprit et organisait ainsi des conférences réputées avec des personnalités du moment. C'est au FEC que de futurs hommes politiques ont fait leurs armes, Pierre Pflimlin, Marcel Rudloff, ou Robert Grossmann entre autres. 

Le foyer a toujours beaucoup de succès, de nombreuses candidatures doivent même être rejetées chaque année mais le restaurant universitaire est plus que jamais menacé. Après le samedi, il pourrait bientôt fermer ses portes le dimanche et le soir. Une vraie perte pour les étudiants qui peuvent y manger un repas complet pour 3,25 euros seulement. 
 

Sortie du livre sur l'affaire Lambert : le docteur Eric Kariger invité du 12/13