• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Grand Est: agence recherche 400 postes en CDI intérimaire

404 postes à pourvoir dans le Grand Est.Dans le BTP, l'industrie, la logistique et la manutention. / © Pixabay
404 postes à pourvoir dans le Grand Est.Dans le BTP, l'industrie, la logistique et la manutention. / © Pixabay

Une agence d'intérim bien connue au niveau national cherche à recruter dès juin 2019 quatre cent personnes sur le secteur Grand Est et propose cinq mille postes en France. Un coup d'accélérateur pour mieux se positionner dans un marché très concurrentiel.

Par Jean-François Didier

Dans le monde impitoyable des "agences d'intérim" en France, trois entreprises sont en tête : Adecco, Manpower et Randstad.
C'est cette dernière, leader au niveau mondial, qui lance une grande offensive nationale en juin 2019 en faisant savoir qu'elle cherche à recruter 5.000 personnes en CDI intérimaire  d'ici à la fin de l'année. Tout cela pour être encore plus compétitif et

pour augmenter de 42% nos effectifs sous ce statut en un an.
François Béharel, Président de Randstad France

Industrie, logistique et BTP

404 postes de CDI intérimaires sont donc à pourvoir dès maintenant sur la région Grand Est. Répartis par anciennes régions: 
  • 188 postes en champagne Ardenne
  • 136 en Lorraine
  • 80 en Alsace.
Ces contrats concernent les secteurs de l'industrie, de la manutention, de la logistique et du BTP. L'agence recherche en priorité les profils suivants : chauffeurs-routiers, électriciens/électroniciens et metteurs au point très qualifiés.

Selon Frédéric Archambaud, directeur de la région Lorraine pour Randstad, l'enjeu est de "donner une réponse rapide à nos clients, des entreprises qui travaillent dans la réactivité, voire dans l'urgence" et du côté des salariés "de proposer un vrai parcours professionnel."
Entretien d'embauche. / © Randstad
Entretien d'embauche. / © Randstad

Le communiqué de presse

Les débuts difficiles du CDI intérimaire bientôt oubliés ?

Assez décrié par les syndicats et d'autres acteurs du monde du travail, le CDI intérimaire a connu des années 2014 et 2015 assez difficiles.
Depuis son inscription dans le code du travail en septembre 2018,

à force d'expériences collectives et personnelles et surtout plus de sécurité individuelle, ce statut a acquis ses lettres de noblesse.
Frédéric Archambaud, directeur région Lorraine Randstad


 

"Le CDI Intérimaire démarre doucement." Patrick Tassin Président du CESER Grand Est

Patrick Tassin, président du Conseil Economique Social et Environnemental Régional du Grand Est, a répondu à nos questions concernant le "CDI Intérimaire"(ou "CDII"), inscrit dans le code du travail en septembre 2018 :
- Il est un peu tôt pour faire des bilans, mais nous avons constaté que le "CDII" a un peu de mal à décoller, l'attrait vers cette nouveauté semble démarrer assez doucement. Les agences d'intérim essaient de "booster" leurs clients et leurs salariés vers le "CDII" parce que c'est sans doute leur intérêt économique. Le CESER n'a pas encore fait d'étude sur ce point précis -ça viendra prochainement- mais quelques questions se posent: 

  • avant de signer le contrat, les demandeurs d'emploi auraient-ils des craintes ?
  • les agences d'intérim informent-elles complètement les candidats ?
  • ce nouveau type de contrat cache-t-il une forme de précarisation dans la relation entreprise/salariés ?
  • dans ces secteurs (BTP, logistique, industrie ...) l'offre de travail n'est pas pourvue, même avec les efforts des agences, alors pourquoi signer ce type de contrat ?
  • quid des périodes intermédiaires sans mission ? niveau de salaire garanti ?

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus