Mulhouse : pourquoi le temple Saint-Etienne pourrait être obligé d'arrêter ses activités culturelles

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Lemiesle
Le temple Saint-Étienne sur la place de la Réunion à Mulhouse (Haut-Rhin).
Le temple Saint-Étienne sur la place de la Réunion à Mulhouse (Haut-Rhin). © CC

Il y a bientôt quatre mois, le conseil presbytéral de Mulhouse dénonçait la convention qui le liait avec l'association en charge des activités culturelles. Ce qui signifie la fin des concerts et des expositions au sein du temple Saint-Etienne devenu au fil des années un acteur culturel reconnu de la ville.

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le temple Saint-Etienne, monument mulhousien emblématique. D'autant que de récents travaux de restauration lui ont donné une seconde jeunesse. Et pourtant. Derrière la belle façade se cache un conflit moins présentable.

Une discorde entre deux visions du protestantisme pourrait mettre fin à cette belle histoire que le temple entretient avec le public. Cette histoire est portée depuis plus de trente ans par l’association Saint-Etienne Réunion (SER), en charge de l'animation culturelle du lieu. Les activités proposées – concerts et expositions, que SER veut concilier avec la vocation cultuelle du temple, ne plaisent visiblement pas au conseil presbytéral.

Un acteur culturel reconnu

Avec plus de 70.000 visiteurs, quelque 70 heures de concert, dont 30 "Heures Musicales" (les rendez-vous du samedi), une dizaine de concerts organisés en propre et des expositions thématiques régulières, l’association affiche un bilan annuel plus qu'honorable. Le temple est devenu, au fil des années, un acteur reconnu de la scène culturelle locale.   

Moriarty, Yaël Naïm, Cœur de Pirate ou Jeane Manson, pour ne citer qu'eux, s'y sont produits. Les grandes œuvres du répertoire sacré, la Messe en Si, Le Requiem, l’Oratorio de Noël ou encore le Messie sont régulièrement programmés. Par le biais du festival Les Mains nues ou par des expositions individuelles, de nombreux artistes plasticiens mulhousiens y ont exposé leurs œuvres. Des concerts plus intimistes ont permis à de jeunes musiciens de la scène alternative, rock, world ou rap de rencontrer le public.

Rupture de convention

Il y a plus de trois mois, le 21 septembre 2021, le conseil presbytéral de Mulhouse rompait pourtant la convention qui le liait à SER, avec effet fin avril 2022. L’association perdra donc, sauf revirement, l’usage du lieu à cette date. En clair, cela signifie l'arrêt des activités culturelles. Ce que déplore le pasteur du temple, Roland Kauffmann, avec une certaine dose d’incompréhension. "Personne ne nous dit que ce que nous faisons [nous, association] n’est pas bien. Au contraire, il n’y a pas de critique de fond sur l’activité de SER, mais au final on nous enlève le temple". Dont acte.

Même son de cloche du côté du conseil synodal de l’Eglise protestante réformée d’Alsace Lorraine, présidé par Christian Krieger. Joint par téléphone, celui-ci confirme : "Ce temple est depuis plus de trente ans dédié à une animation culturelle, personne ne critique l’action menée par l’association, tout le monde valorise son travail. Mais il y a des gens qui sont en conflit et certains ont pris cette décision radicale".

La polémique

Une décision radicale irrévocable ? Peut-être pas, il est toujours permis d'espérer, relève avec optimisme le président du conseil synodal. En attendant, le débat public s'est emparé de la polémique. L'adjointe au maire Emmanuelle Suarez s’est fendue d’un post Facebook (voir ci-dessous) où elle se dit "surprise (désagréablement) par les propos radicaux du pasteur Cordier".

Michel Cordier, pasteur mulhousien et détracteur confirmé de l'association Saint-Etienne Réunion, membre du conseil presbytéral à l'origine de la dénonciation de la convention, qualifie en effet le temple Saint-Etienne “d’horreur, de vilain bâtiment néogothique”.

La Ville mettra-t-elle les différentes parties autour d'une table pour tenter de concilier les avis divergents ? C'est le vœu que formulent certains, pour que le temple Saint-Etienne continue d'être un lieu d’animation culturelle, ouvert à tous et ne devienne pas un lieu communautaire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.