Politique de la ville : Edouard Philippe en visite dans le quartier des Coteaux à Mulhouse

© S. Mallauran/France 3 Alsace
© S. Mallauran/France 3 Alsace

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu ce vendredi à Mulhouse sur le thème de la politique de la ville, alors que le gouvernement est accusé par des élus de quartiers en difficulté de trop en faire pour les campagnes et pas assez pour les banlieues.

Par M.C. avec AFP

Le Premier ministre, accompagné du ministre Jacques Mézard (Cohésion des territoires), de son secrétaire d'Etat Julien Denormandie, s'est rendu dans le quartier sensible des Coteaux, l'un des six quartier prioritaires de Mulhouse, où habitent 10 000 habitants, dont la moitié serait en dessous du seuil de pauvreté.

Edouard Philippe a annoncé la rénovation de "cinq grandes copropriétés" de ce quartier. Le Premier ministre est ensuite allé au centre de formation aux métiers de l'artisanat d’Alsace, et a échangé avec des apprentis et des professeurs rassemblés dans le cadre de la finale Grand Est de l’Olympiade des métiers de l’automobile.  La visite s'est achevée par une table ronde à la sous-préfecture de Mulhouse, un peu plus prématurément que prévue en raison de la prise d'otages dans le supermarché de Trèbes (Aude), où trois personnes sont mortes

Edouard Philippe en visite à Mulhouse

Tw Bernard Stalter 230318

Le déplacement intervient un mois après la visite chahutée du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire à l'usine PSA-Mulhouse. La visite intervient alors qu'est attendu pour début avril le rapport confié par Emmanuel Macron à l'ancien ministre du Logement et de la Ville Jean-Louis Borloo sur la relance de la politique de la Ville.

Le mois dernier, l'ex-ministre centriste avait déploré le manque de considération par les pouvoirs publics de la rénovation urbaine, jugeant "dément" et "grotesque" d'établir une opposition entre urbains et ruraux. Déjà critiqué à l'époque pour ne pas s'être beaucoup occupé des banlieues depuis son élection, Emmanuel Macron avait fixé mi-novembre son cap sur la politique de ;la Ville, annonçant pour février 2018 un "plan de mobilisation générale" qui se fait encore attendre.

 "J'ai un certain nombre de choses à dire au Premier ministre car seul le Premier ministre a la capacité de faire évoluer le regard des autres ministres", a-t-elle expliqué. "Ce sera aussi l'occasion de rappeler l'ambiance épouvantable qui règne dans nos quartiers, et la manière dont les coupes budgétaires aggravent encore la situation", selon l'élue, dont la ville de grande banlieue parisienne a été confrontée à de violentes échauffourées en février.

Les quartiers populaires ont été parmi les plus concernés par la baisse des emplois aidés, ramenés de près de 280.000 à 200.000 par l'exécutif. Ce dernier a toutefois lancé une expérimentation sur les emplois francs, un système de prime pour les entreprises embauchant les habitants des quartiers prioritaires. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus