Haute-Marne : un plan de relance “historique” de 91 millions d’euros

Publié le
Écrit par Tristan Vyncke

Le président du conseil départemental de Haute-Marne, Nicolas Lacroix, et le Premier ministre Jean Castex ont signé vendredi 21 janvier un contrat qui lie désormais l'État au département. Cet accord signé dans le cadre du plan "France Relance" prévoit un soutien financier exceptionnel de 91,6 millions d’euros.

À Matignon, en compagnie du chef du gouvernement, de la ministre Jacqueline Gourault, de la secrétaire d'État Bérangère Abba, et du préfet de la Haute-Marne Joseph Zimet, Nicolas Lacroix était très fier d’officialiser ce qu’il a lui-même qualifié d’”accord historique pour le département”.

Pourtant cet accord intervient dans le cadre du plan France Relance, déjà annoncé en septembre 2020. Près d’un demi-milliard d’euro sont ainsi distribués à l’ensemble des départements et la Haute-Marne n’est que le 53e à signer son contrat. Oui mais voilà, alors que jusqu’ici les subventions atteignaient entre 5 et 10 millions d’euros, la Haute-Marne, l’un des départements les moins peuplés (172 000 habitants), se voit attribuer une enveloppe de 91,6 millions d’euros.  

Le Ségur de la Santé, et des projets réalisables rapidement

Si l’enveloppe des Haut-Marnais est à ce point supérieure à celle des autres, c’est parce que le président du conseil départemental a tenu à inclure les subventions du Ségur de la Santé dans le contrat. "Nicolas Lacroix aurait pu signer depuis mars, mais il a fait durer les négociations pour obtenir la garantie que les subventions du Ségur seraient inclues. Ainsi c’est acté, on va obtenir les subventions, et l’État ne pourra plus revenir dessus, même si le gouvernement change", clarifie l’un de ses proches conseillers.  

En effet, au regard de la répartition de ces 91,6 millions d’euros, on s’aperçoit que 80,6 millions, soit 88%, correspondent directement à des subventions pour améliorer l’offre de soin et le système de santé du département.

Cela laisse 11 millions d’euros pour les autres projets, une enveloppe conséquente pour un si petit département. Cela s’expliquerait par "des projets bien préparés et réalisables rapidement", toujours selon le cabinet du président du conseil départemental.  

"C’est un message très fort à ces territoires ruraux qui ont longtemps été oubliés"

Ainsi plusieurs projets, déjà votés par le conseil départemental, vont pouvoir être mis en place "beaucoup plus rapidement que prévu" grâce aux aides de l’État. De l’embellissement du château de Joinville à la reconstruction de la gendarmerie de Chaumont, en passant par le confortement du barrage de la Mouche, ces projets sont de nature et d’importances différentes mais tous sont conformes à au moins l’un des trois piliers du plan France Relance : cohésion des territoires, compétitivité, et transition écologique.  


"Je suis heureux que ce soit la Haute-Marne parce que je veux rappeler par ce symbole que la relance c’est pour tous les français, pour tous les territoires", a tenu à souligner le Premier ministre Jean Castex au moment de la signature, avant d’enfoncer le clou : "Faire ça ici (ndlr : à Matignon), c’est un signe de considération très fort".

Nicolas Lacroix a lui conclu son intervention en rappelant combien il était "fier de rentrer dans son département avec cet accord, cet engagement de l’État. C’est un message très fort à ces territoires ruraux qui ont longtemps été oubliés".