Eugene Perma va investir 2M d'euros à Reims

© DR
© DR

Une nouvelle ligne de fabrication sera opérationnelle à l'été 2013, à destination de produits de coloration.

Par LB & AFP

Le groupe français Eugene Perma (cosmétique capillaire) va investir 2 millions d'euros pour augmenter la capacité de son usine de Reims et vise une amélioration de sa rentabilité en 2012 pour un chiffre d'affaires attendu stable, a déclaré jeudi son président Didier Martin.

L'innovation, à laquelle Eugene Perma consacre 3% de son chiffre d'affaires, est "au coeur de la stratégie" du groupe, a-t-il souligné. L'an dernier, les nouveaux produits ont représenté près de 20% du chiffre d'affaires. En 2012, Eugene Perma doit lancer une vingtaine de nouveautés, dans le pôles grand public (marques Pétrole Hahn, Eugène Color, Kéranove) et professionnel (Yzaé, Essentiel, Cycle Vital). Le fabricant mise notamment sur des mousses pour coloration.


La nouvelle ligne de fabrication sur le site de Reims, qui sera opérationnelle à l'été 2013, va permettre au groupe de doubler sa production dans les produits de coloration, un marché estimé à 400 millions d'euros pour la France.


Eugene Perma sera alors en mesure de fabriquer au total 40 millions de produits par an, alors que les ventes actuelles se situent à un peu plus de 30 millions d'unités.

Export et "fabriqué en France"

Cet investissement s'inscrit dans le projet d'orienter davantage Eugene Perma vers l'international avec des "produits à forte valeur ajoutée", a expliqué Didier Martin. L'an dernier, le groupe a réalisé 70% de son chiffre d'affaires en France et 30% à l'international, ce qui est "trop peu", a résumé le patron d'Eugene Perma. Le groupe veut se développer dans les marchés émergents, alors que l'essentiel des ventes sont faites aujourd'hui en Europe.
 

Eugene Perma avait consacré plus de 10 millions d'euros en 2004 dans la construction de sa nouvelle usine de Reims, en fermant des unités en Italie et en Espagne, et investit en moyenne 1 million d'euros par an. Selon Didier Martin, le "fabriqué en France" permet de garder "une maîtrise des savoir-faire et de la production".


Le groupe revendique la place de leader en volume en France dans les produits capillaires pour hommes, avec plus de 50% pour Pétrole Hahn, marque qu'il a acquise en 1998. La "niche du marché masculin va grandir", estime Didier Martin.

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus