• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le boxeur Sofiane Takoucht contrôlé positif

© France 3 Champagne-Ardenne
© France 3 Champagne-Ardenne

Sofiane Takoucht a été contrôlé positif au bétamethasone, un anti-inflammatoire, le 30 septembre dernier.

Par LG

video title

Le boxeur Sofiane Takoucht contrôlé positif

Sofiane Takoucht a été contrôlé positif au bétamethasone, un anti-inflammatoire, le 30 septembre dernier.

Ce test a été pratiqué à l'issue de la perte de son titre européen des plumes contre le Belge Alexander Miskirtchian.

Le Français, qui se fait une infiltration à la main avant chaque combat, risque deux ans de suspension. Les infiltrations sont autorisées, mais Takoucht n'avait pas d'AUT (Autorisation à Usage Thérapeutique).

Depuis ce jeudi, Sofiane Takoucht est dans l'embarras.

Il est visé par un article du journal l'Equipe qui affirme que le jeune boxeur a été contrôlé positif au bétaméthasone, un anti inflammatoire.

Or ce produit peut être autorisé dans certains cas comme pour 1’infiltration des mains, un traitement que Sofiane suit depuis des années sans n'avoir jamais rencontré le moindre problème.

Son père reproche donc au journaliste d'avoir hâtivement catalogué son fils comme dopé dans son article, sans savoir si les instances sportives le considéraient comme tel.

C'est à l'issue du combat contre le Belge Miskirtchian en septembre dernier que Sofiane aurait été contrôlé positif.

Pour ne pas l'être, il aurait dû remplir cette autorisation thérapeutique valable pour les matches internationaux, ce que lui et son entourage ignoraient. Mais pour la fédération, ils auraient dû se renseigner bien avant.

Aujourd'hui, Sofiane et son entourage promettent que cette histoire leur servira de leçon.

Ils assurent que leur dossier est en voie de régularisation, espérant du même coup que la perspective d'une suspension de 2 ans soit levée au profit d'un simple avertissement pour non-respect des règlements d'usage.

Le Président de la FFB, Humbert Furgoni réagit et souhaite apporter des éclaircissements à cette affaire.

"En tant que médecin responsable du secteur professionnel et suite à l’article paru ce jour dans l’Équipe, je tiens à préciser les faits suivants : L’EBU a prévenu la FFB d’une problème médical. Comme cela doit se faire, Jacques Bontemps, le directeur administratif de la Fédération française de boxe, a prévenu l’intéressé. Monsieur Bontemps n’a eu aucun contact avec un quelconque journaliste. Dans ces affaires très délicates, la FFB se doit d’adopter une confidentialité extrême. Le mot dopage vient des allégations d’un journaliste avide de sensationnel. D’autre part, seule la famille Takoucht s’est épanchée dans la presse. Il aurait été préférable qu’en cas d’incompréhension concernant l’avertissement de la FFB, elle me contacte personnellement plutôt que de laisser planer un doute de dopage qui actuellement n’est pas confirmé. Cela entache malheureusement l’image et la réputation de notre représentant". Humbert Furgoni - Président de la FFB.

A lire aussi

Sur le même sujet

"Aider cette belle jeunesse"

Les + Lus