Le Rhin : un fleuve sous surveillance

Le 1er novembre 1986, la catastrophe de Sandoz provoquait une pollution traumatisante

Par Régions

video title

Rhin : plus de poissons, moins de pêcheurs

Il y a 25 ans, la catastrophe écologique de Sandoz aura peut-être été un mal pour un bien. Si les pêcheurs boudent encore le Rhin, les poissons eux sont revenus.

video title

video title

La voix est libre - Alsace du 22/10/2011

Des débats de proximité, politiques et citoyens, au plus près de vous!

Et si Sandoz avait sauvé le Rhin?  Le 1er novembre 1986, la catastrophe de Sandoz provoquait une pollution du Rhin traumatisante pour le milieu naturel et pour les riverains.  Des milliers de poissons sont morts en 1986, mais le Rhin tuait déjà les poissons à petit feu depuis longtemps. Le saumon avait ainsi disparu dès le début des années 60.

La catastrophe écologique de Sandoz aura été un mal pour un bien. Si les pêcheurs boudent encore le Rhin, les poissons eux sont revenus.

Avant l'accident, la qualité de l'eau du Rhin était sacrifiée sur l'autel du progrès industriel. Le Rhin était un cloaque, un égout pour les villes et les industries. Après Sandoz, le Rhin revit parce que ses riverains et les Etats qu'il traverse en décident ainsi. Une volonté nait de surveiller la qualité de l'eau du fleuve, et d'éviter les accidents.

Dans la nuit du 1er novembre 1986, un incendie dans un entrepôt chimique de la société Sandoz est vite maîtrisé, mais l'eau utilisée pour son extinction se charge de produits chimiques, ce qui entraîne la mort d'une grande partie des poissons du Rhin, l'eau se teinte en rouge.

Sur le même sujet

Affaire Vincent Lambert : Monseigneur Gaillot parle d'acharnement thérapeutique

Près de chez vous

Les + Lus