Louis Schittly : le virus de l'aide humanitaire

A l'occasion de la célébration des 40 ans d'existence de MSF, Louis Schittly s'exprime sur l'évolution de l'organisation

Par Maxime Villirillo

video title

Louis Schittly revient sur les 40 ans de MSF

Venir en aide aux victimes de conflits, de catastrophes naturelles, d'épidémies ou de famines. C'est la raison d'être de Médecins sans frontières. L'association humanitaire, dont l'un des pères est le médecin sundgauvien Louis Schittly, a été créée il y a 40 ans jour pour jour.

Michèle Beck est de retour à Dambach-la-Ville, son port d'attache. Infirmière de profession, elle vient de passer deux mois en Libye pour MSF, médecins sans frontières.
L'humanitaire, c'est sa vocation depuis l'adolescence. En 5 ans d'engagement avec MSF, elle a vu du pays.

Le Congo, Haïti, l'Irak. Elle n'ignore plus grand-chose du malheur des hommes mais à chaque fois, elle éprouve la même chose : ça vaut la peine. On s'engage pour "faire quelque chose de bien". Sans doute le crédo d'un autre alsacien : Louis Schittly. Ce médecin, né à Bernwiller, est là depuis le commencement. Il est l'un des fondateurs de MSF. C'était en Afrique au Biafra pendant la guerre civile.
Créer une association strictement médicale, libre et apolitique, c'était ça l'idée. Et ça a marché. Quarante ans après, c'est cette indépendance d'esprit qui a séduit Michèle Beck. Le regard de Louis Schittly est plus sévère. Du haut de ses 40 années d'expérience, il trouve que les choses ont changé.

Sur le même sujet

Quentin Bigot

Les + Lus