• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Mattaincourt - MVM en redressement judiciaire

© France Télévisions Lorraine.
© France Télévisions Lorraine.

Le fabricant vosgien de meubles, filiale du groupe Parisot obtient un sursis de six mois.

Par jean-christophe.dupuis-remond@francetv.fr

video title

Mattaincourt - Redressement judiciaire pour MVM

les 388 salariés de l'entreprise MVM Parisot à Mattaincourt (88)seront fixés sur leur sort mercredi 7/ 11. Le tribunal de commerce d'Epinal va statuer sur la demande de redressement judicaire réclamé par la direction. Le fabricant de meuble vosgien est en proie à de grave difficulté financières.

Ce mercredi 7 novembre 2012 à 15h00, les 388 salariés de la Manufacture Vosgienne de Meubles (MVM - Groupe Parisot) de Mattaincourt (Vosges) ont appris le placement en redressement judiciaire de leur entreprise avec une période d'observation de six mois.

Prochain rendez-vous judiciaire le mardi 8 janvier 2012.

L'entreprise vosgienne doit désormais faire la preuve de sa survie économique alors que les salariés craignent que cette décision judiciaire s'accompagne de réductions d'effectifs envisagées par la direction.

Une décision initialement reportée

Le tribunal de commerce d'Epinal devait statuer mardi 6 novembre en matinée sur la demande de redressement judicaire réclamée par la direction du fabricant vosgien de meubles, mais il avait reporté sa décision de 24 heures.

Un report justifié par les inquiétudes du procureur de la République qui s'était inquiété de la capacité de l'entreprise à assurer financièrement l'activité du site ET le paiement des salaires pendant une période d'observation de 6 mois (durée classique d'un redressement judiciaire) en raison de ses importantes difficultés financières.

Depuis le mois de janvier 2012, MVM a vu son carnet de commandes chuter de 30% et a perdu son principal client, Castorama.

Tandis que la situation économique du Groupe Parisot, propriétaire de MVM est également très difficile rapporte notre journaliste Patrick Germain dans son reportage et nos confrères de France 3 Franche-Comté dans leur article internet : le fabriquant de meubles en kit s'est placé en procédure de sauvegarde.

Sur le même sujet

La réaction de Maître Weltzer

Les + Lus