Metz - Masson/Grosdidier, nouvelle plainte

© France Télévisions Lorraine.
© France Télévisions Lorraine.

Le sénateur DVD accuse son collègue UMP "d'association de malfaiteurs" en s'appuyant sur un enregistrement.

Par jean-christophe.dupuis-remond@francetv.fr

video title

video title

Metz - Masson porte plainte contre Grosdidier

Le sénateur divers-droite de la Moselle Jean-Louis Masson a porté plainte pour association de malfaiteurs contre son collègue UMP et maire de Woippy François Grosdidier.

Jeudi 23 août 2012, dans un communiqué de presse, le sénateur divers-droite de la Moselle Jean-Louis Masson nous informe qu'il a adressé une lettre au procureur de la République de Metz afin d'étendre sa plainte pour "association de malfaiteurs" à la personne de M. Hugues Cognon.

D'après Jean-Louis Masson, ce promoteur immobilier de Woippy aurait été reconnu par plusieurs personnes comme étant l'interlocuteur du maire UMP de Woippy François Grosdidier dans l'enregistrement communiqué à la justice le 30 juillet 2012.

De son côté, dans un droit de réponse transmis à la presse le 24 août 2012, Hugues Cognon réplique en dénonçant une volonté de "relancer médiatiquement l'affaire" de la part de M. Masson. Pour lui l'enregistrement "n'est qu'un montage et sa voix a été utilisée par Messieurs Masson et Faizand." et il annonce également qu'il porte plainte contre ces derniers pour "dénonciation calomnieuse".

Retour sur les faits

Lundi 30 juillet 2012, comme annoncé par un communiqué envoyé aux journalistes : Jean-Louis Masson a porté plainte pour "association de malfaiteurs" contre François Grosdidier

Pour ce dernier, "c'est du délire complet."

Le mardi 31 juillet 2012, François Grosdidier a répondu en déposant une plainte à son tour, celle-ci vise Jean-Louis Masson pour "dénonciation calomnieuse, dénonciation mensongère et association de malfaiteurs".

Le mercredi 1er août, le parquet de Metz a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire concernant le dépôt de plainte Jean-Louis Masson à l'encontre de François Grosdidier.

En marge de l'affaire, une plainte a été déposée par Sébastien Faizand le 9 août 2012. Mis en cause par François Grosdidier comme étant son interlocuteur dans l'enregistrement fourni à la justice, il conteste cette version des faits et attaque l'élu en "diffamation".

Le communiqué du 30 juillet

Dans son communiqué, Jean-Louis Masson qui réagit au lendemain de "la tentative d'agression au domicile de M. Malick" pour témoigner qu'il a été "lui-aussi la cible d'une tentative de guet-apens". A titre de preuve, il dit avoir "transmis au procureur de la République l’enregistrement d’une réunion animée (écouter l'enregistrement recueilli par Marianne2.fr en bas de cet article) par M. Grosdidier avec un petit groupe de promoteurs", réunion au cours de laquelle "M. Grosdidier évoque l’intérêt qu’il aurait à « faire disparaître » M. Masson. Son interlocuteur lui répond qu’il a essayé mais qu’il n’y arrive pas car les hommes de main contactés refusent d’agresser un homme politique."

Le sénateur Masson ajoute "Lors du même entretien, M. Grosdidider évoque une alternative qui serait d’impliquer M. Masson dans une affaire de mœurs avec une mineure à l’étranger (...) : « Lui, lui le seul truc c’est c’est de le faire coucher avec une mineure dans un pays (...)». Il évoque ensuite ses relations avec certains responsables au Maroc, permettant d’orchestrer facilement un scandale. Or là aussi, il y a eu un début d’exécution peu après cette réunion. En effet, un chef d’entreprise dont la photo et certaines coordonnées ont été transmises au procureur de la République, a essayé avec une insistance répétitive de faire venir M. Masson au Maroc sous des prétextes fallacieux."

Interrogé par téléphone peu après la publication du communiqué de Jean-Louis Masson, François Grosdidier explique qu'il "tombe des nues ! C'est du délire complet et cela sort au lendemain de l'affaire Malick chez qui j'aurais envoyé des gros bras ! On voit bien la coordination entre Masson et Malick. Masson déploie des moyens colossaux pour monter ses manipulations et me faire clouer au pilori. C'est du délire complet. Bien sur je vais porter plainte pour dénonciation calomnieuse."

Le député-maire de Woippy renchérit, après avoir entendu l'enregistrement en question : "Il y a quelques années, j’ai été contacté par un certain Sébastien Faizant qui proposait des solutions financières apparemment séduisantes mais auxquelles je n’ai jamais donné suite. Derrière les discussions de l’expert financier, transperçait progressivement un mythomane parfois très drôle. Sébastien Faizant est revenu à la charge en s’intéressant beaucoup, avec insistance, à mon conflit avec Jean-Louis Masson et en me faisant des propositions délirantes pour le neutraliser politiquement et le compromettre.
La conversation diffusée par Jean-Louis Masson est un assemblage de brides d’une conversation infiniment plus longue que nous (
François Grosdidier et une autre personne non-identifiée, NDLR) avons poussée en nous amusant pour voir jusqu’où irait son délire. J’en riais après son départ. Il m’a sans cesse relancé. Malgré son insistance, je n’ai jamais bien sûr donné la moindre suite. Le « commencement d’exécution » est complètement fantaisiste.
Cette affaire se résumait à une « blague de collégiens ». Il est permis de se demander si J-L Masson n’a pas commandité Sébastien Faizant, finalement plus manipulateur que mythomane.(...) Je porte plainte pour dénonciation calomnieuse et mensongère, manipulation et association de malfaiteurs."

Le "Sébastien FaizanT" évoqué par François Grosdidier s'appelle en réalité "Sébastien FaisanD" et travaille aujourd'hui au Luxembourg comme directeur du Groupe Halisa, une société fondée en 2009. L'activité de M. Faizand semble spécialisée dans les transactions financières. Mais il ne nous a pas été possible de le joindre : absent actuellement de son bureau, il n'est pas non plus joignable sur son numéro de portable qui aboutit à la Société Générale au Grand Duché.

Il a également été, sans que cela figure sur son CV, gérant (dès sa création le 12 juillet 2007) de la société OVEX sarl (p10 de ce document) ayant pour objet le commerce national et international en gros et demi-gros de produits alimentaires. Sise à Dudelange, cette société a été mise en liquidation judiciaire le 25 mai 2012.

François Grosdidier évoquant le "fou furieux "... par France3Lorraine

Sur le même sujet

Les + Lus