A Vatry, des passionnés bravent la pluie pour admirer le décollage de l'Antonov 22

Publié le
Écrit par Florence Morel

Malgré le froid et la pluie, ils étaient une vingtaine de passionnés sur le parking de l'aéroport de Vatry dans la Marne à venir admirer l'Antonov 22, ce lundi 5 octobre. La veille, ils étaient près de 200.

"C’est lui ? C’est le Russe ? Je croyais qu’il était plus gros et d’une autre couleur !" La septuagénaire se demande si l'avion, qui se trouve à une centaine de mètres d'elle, est le bon. Ce lundi 5 octobre, elle a bravé le froid et la pluie pour admirer l’AN-22, l'aéronef le plus gros du monde équipé de turbopropulseurs. Même s'il n'est pas aussi impressionnant que celui venu apporter des masques, dont on a beaucoup entendu parler en avril dernier lors du confinement, l'événement est plutôt rare. Il faut dire que ce type d'appareil ne se pose en France en moyenne qu'une fois par an.

Sur le parking de l'aéroport, une vingtaine de passionnés se sont déplacés pour admirer la bête : plus de 57 m de long, 12,53 m de haut, avec une envergure de 64,40 m, avec à son bord, 24 tonnes de fret industriel. Malgré les 10 degrés affichés sur l'application météo de leur smartphone (6 degrés en ressenti à cause du vent et de la pluie), ils n'ont pas hésité. Comme eux, pour son atterrissage, près de 200 passionnés, ou "spoters" dans le jargon, étaient présents la veille sous le soleil timide dominical. Un succès et des sollicitations qui poussent l'aéroport de Vatry à communiquer ces arrivées sur leurs réseaux sociaux (comme dans cette publication Facebook).

La sortie du dimanche

Tous les dimanches, Alexandra et Christian Bonnot font le déplacement à Vatry. Cela tombe bien, ils habitent à moins de 20km de là, à Germinon. Depuis que Christian est à la retraite, il s'est pris de passion pour les engins volants. "C'est venu pendant le confinement, lorsque le plus gros avion du monde était venu apporter des masques", raconte-t-il dans son monospace. Le 19 avril 2020, l'Antonov 225, 84m de long et une envergure de 88 m, déposait quelques 8 millions de masques sur le tarmac de Vatry.

Dans la voiture à côté, Robert et Anita Noblot gardent les yeux grands ouverts. L'ancien agriculteur garde son appareil photo à la main, fasciné par l'immense coucou, bien qu'il n'ait jamais pris l'avion de sa vie. "Robert a peur, sourit sa compagne. On aurait pu pour aller voir un de nos fils en Guadeloupe mais monsieur avait trop peur." Ce qui n'empêche pas le couple de venir régulièrement admirer les avions à Vatry, impressionnés et émerveillés comme des enfants devant un dessin-animé. "Quand on voit leur taille, leur poids… on se demande comment ils arrivent à décoller", s'interroge Anita. Elle et son époux sont arrivés aux alentours de 9h30 sur le parking. L'AN22 a décollé aux alentours de 10h30 à destination de Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan. Selon le site Flightradar24.com, il survolait la mer Noire vers 15h. Il atterrira à 17h15.