• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Jérémy Warin et sa famille vont pouvoir rentrer en France

© Photo, famille Warin
© Photo, famille Warin

Le châlonnais Jérémy Warin retenu depuis le mois de juin avec son fils dans une maison familiale en Suède va pouvoir rentrer en France. Les autorités suédoises ont décidé ce lundi de lever les mesures formulées à son encontre.

Par M. F.

Retenus depuis 150 jours en Suède, Jérémy Warin, sa femme Hélen et son jeune fils Nathan vont pouvoir rentrer en France.

Les autorités suédoises ont indiqué ce lundi qu'ils n'étaient plus placé sous la loi LVU, qui régit la protection de l'enfant dans le pays.

La famille a quitté la maison de protection dans laquelle ils devaient rester depuis cinq mois. Ils ont pu regagner leur appartement de Malmö. Leur retour en France ne devrait toutefois pas se faire immédiatement. 

"Ils ont des problèmes administratifs à régler avant de rentrer. Des certificats à obtenir, fermer les comptes bancaires, résilier le bail de l'appartement", nous a expliqué le père de Jérémy, Jean-Pierre Warin, joint par téléphone.

Il espère un retour de son fils et de son petit-fils autour du 20 novembre.

Alerte d'une travaileuse sociale

Depuis le mois de juin, la famille était visée par une mesure de protection de l'enfance. Elle avait été prise suite à l'alerte d'une travailleuse sociale suédoise. Hélen lui aurait parlé de sa déprime passagère. Elle aurait considéré que la mère était un danger pour son enfant. Nathan avait alors été placé dans un foyer, où son père l'avait rejoint.  

Mais Hélen était sortie de l’hôpital psychiatrique quelques heures seulement après y être rentrée. Les médecins jugeant qu’elle ne relevait pas de leur service de psychiatrie. 

"Ce qui nous est arrivé est une injustice"

Dans la maison de protection de la famille, ils avaient interdiction de sortir plus de deux heures par jour, le personnel faisait intrusion dans leur chambre.

Le couple avait apporté toutes les preuves, certificats médicaux de la mère et de l’enfant à l’appui, pour démontrer que toute la famille allait bien.

"On est en train de prouver que tout ce qui nous est arrivé est une injustice ou une erreur", nous expliquait via Skype Jérémy Warin début novembre. 

Notre reportage diffusé le 2 novembre
Affaire Warin : la justice suédoise doit se prononcer le lundi 7 novembre

A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus