Journée du don d'organes : qu'est-ce que le "don croisé" de rein, réalisé pour la première fois à Reims ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matti Faye

L'hôpital de Reims annonce avoir réalisé pour la première fois une double transplantation rénale dans le cadre d'un "don croisé". Une pratique autorisée par la loi depuis 2011.

C'est une première pour le centre hospitalier universitaire (CHU) de Reims (Marne) et une double opération très rare en France. L'hôpital a réalisé un "don croisé" entre deux donneurs vivants de rein et deux personnes en attente de greffe.

Les opérations remontent au mois de février 2022, mais ont été dévoilées par le CHU ce mardi 21 juin, à la veille de la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes prévue le 22.

La loi n'autorise en effet le don de rein d'un donneur vivant que pour un proche, qu'il soit membre de sa famille, son conjoint ou un ami proche. Mais depuis 2011, il est possible de faire des dons croisés, dans le cas où aucun proche n'est compatible. Cette procédure est une chance supplémentaire pour les malades de pouvoir bénéficier d'une greffe.

"Le principe du don croisé repose sur la compatibilité entre deux paires : le donneur de la paire 1 est compatible avec le receveur de la paire 2, et le donneur de la paire 2 est compatible avec le receveur de la paire 1", précise le CHU dans un communiqué.

Une première en France depuis cinq ans

L'anonymat des donneurs comme des receveurs est préservé, comme dans le cas de dons en provenance de personnes décédées. "Les actes de prélèvement et de greffe sont engagés de façon simultanée respectivement sur les deux donneurs et sur les deux receveurs", ajoute la loi.

Ce type d'opérations est très rare. Depuis 2013, on ne compte que 12 dons croisés en France. Le CHU de Reims fait partie depuis 2019 des établissements certifiés "Centre de don croisé". L'opération réalisée en février est la première transplantation rénale en don croisé faite en France depuis cinq ans.

Le rein est l'organe le plus greffé, mais il y a davantage de personnes en liste d'attente que de greffes réalisées. "En 2020, 4 697 malades étaient nouvellement inscrits sur une liste d’attente d’une greffe de rein et seuls 2 595 ont été greffés cette même année", précise l'Agence de la biomédecine sur son site. L'an dernier, le CHU de Reims a effectué 13 greffes de rein à partir d'un donneur vivant.