A Reims, le camp de migrants de la rue Henri Paris une nouvelle fois démantelé

Le camp de la rue Henri-Paris à Reims a été démantelé ce mercredi 30 octobre / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Le camp de la rue Henri-Paris à Reims a été démantelé ce mercredi 30 octobre / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Tôt, dans la matinée de ce mercredi 30 octobre, le camp de migrants de la rue Henri-Paris à Reims a de nouveau été démantelé. Sur place, un important dispositif de sécurité était mis en place et 64 personnes étaient évacuées, selon la préfecture.

Par Florence Morel

"Que dire… C’est pire que d’habitude parce que le contact humain est complètement coupé." Face aux pelleteuses détruisant le camp de migrants à Reims ce mercredi 30 octobre, la bénévole du collectif Sövkipeu ne peut que constater les dégâts. "Prends le numéro qu'il y a sur le camion, on pourra peut-être récupérer des affaires", lance-t-elle à un autre. "Laisse, répond-il d'un ton las, tout ira à la benne à ordure. Ils jetteront tout."
 


85 personnes vivaient sur le camp, 64 ont été évacuées

Tentes, palettes, jouets… rien n'est épargné. En tout, 85 personnes vivaient sur le terrain de la rue Henri-Paris, dont un tiers sont des enfants, estiment les bénévoles. Tous sont heureux de voir le camp démantelé, car cela signifie que des solutions d'hébergement ont été trouvées et que les dossiers sont pris en charge par les services de l'Etat. Effectivement, la préfecture indique que "les 19 ménages demandeurs d'asile et l'étranger malade ont été mis à l'abri dans des hôtels (58 personnes) et que les deux mineurs isolés ont pu rejoindre leurs familles". Elle précise également que quatre personnes en situation irrégulière ont été interpellées. Trois d'entre elles ont été placées en centre de rétention administrative en vue de leur reconduite dans leur pays d'origine. La dernière, étant ressortissante de l'Union européenne, s'est vu notifier une obligation de quitter le territoire français dans les 30 jours.
 

Seulement, de nouvelles familles d'exilés continuent à arriver. "On va être obligés de trouver du matériel pour que les gens ne restent pas dans le froid, dénonce Philippe, du collectif Sövkipeu. Parce que l'Etat, on le sait, est défaillant et ne fait pas son travail. Ok, le camp est nettoyé, mais l'Etat reste défaillant." Il y a tout juste un an, le 26 octobre 2018, le camp avait été démantelé. Pour l'heure, les exilés qui se trouvaient sur les lieux sont accueillis par l'Armée du salut, dans leurs locaux situés à quelques mètres du camp. 
 
Le terrain où se trouvaient les tentes des exilés, rue Henri-Paris à Reims, après l'intervention des forces de l'ordre ce mercredi 30 octobre / © Isabelle Forboteaux / France 3 Champagne-Ardenne
Le terrain où se trouvaient les tentes des exilés, rue Henri-Paris à Reims, après l'intervention des forces de l'ordre ce mercredi 30 octobre / © Isabelle Forboteaux / France 3 Champagne-Ardenne

De son côté, la préfecture assure que 64 personnes ont bien été évacuées, soit 36 adultes et 28 enfants. Parmi elles, 57 sont des demandeurs d'asile, "dont 10 en attente d'un accord de réadmission vers un autre Etat de l'Union européenne où leurs demandes d'asile seront examinées", détaille-t-elle dans le communiqué. On est donc bien loin du "terrain 'squatté' quasiment sans discontinuer par des étrangers en situation irrégulière dont la quasi-totalité ne relève pas des procédures d'asile mais d'une immigration économique" que mentionnait le maire de Reims dans un courrier adressé à la députée de la Marne Aina Kuric (voir encadré), le 15 octobre dernier. La préfecture stipule également la présence d'un étranger malade, de deux mineurs isolés et quatre personnes en situation irrégulière.

 
Les bénévoles qui aident les migrants estiment qu'un tiers des 85 personnes qui vivent rue Henri-Paris sont des enfants / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Les bénévoles qui aident les migrants estiment qu'un tiers des 85 personnes qui vivent rue Henri-Paris sont des enfants / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Sur place, un important dispositif de sécurité a été déployé. Tout le quartier est bouclé. Les forces de l'ordre ont intimé l'ordre à la presse de ne pas prendre d'images (photos ou vidéos). "C'est pour France 3 ?, nous a demandé un des gendarmes mobiles. Pas de photos ici." Un des policiers nous a déclaré qu'il avait "ordre de ne pas laisser passer la presse". Des directives qui interrogent, lors de cette opération qui ne présentait aucun danger. 

 

Un démantèlement prévisible

Au cours du mois d'octobre, la députée de la Marne Aina Kuric et le maire de Reims Arnaud Robinet, ont des échanges houleux concernant le camp de la rue Henri-Paris. Le 2 octobre, la députée envoyait une première missive à l'édile, l'interpellant sur les conditions de séjour. "Des hommes, des femmes et des enfants y vivent sans eau, sans électricité, sans sanitaires, écrivait-elle. (…) La prise en charge des arrivants est en effet la compétence de l'Etat, mais la mise à l'abri des personnes est de la responsabilité de tous. Il vous a été demandé par une pétition lancée par les riverains d'y installer des sanitaires."

Treize jours plus tard, la réponse d'Arnaud Robinet est salée, le maire reprochant à la députée de s'intéresser à l'affaire "à l'approche des échéances électorale à venir". L'élu rémois y affirme avoir pris les mesures nécessaires, et reprend la députée sur le fait que "le terrain est 'squatté' quasiment sans discontinuer par des étrangers en situation irrégulière dont la quasi-totalité ne relève pas des procédures d'asile mais d'une immigration économique."  La préfecture, ce mercredi 30 octobre, parle de "57 demandeurs d'asile, dont 10 en attente d'un accord de réadmission vers un autre Etat de l'Union européenne", sur les 64 personnes que comptait le camp ce matin-là. Il indique également avoir "demandé aux services de la ville de procéder à des travaux en profondeur afin d'empêcher toute nouvelle installation", "dès que l'Etat aura enfin décidé de démanteler le camp".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus