• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Reims : nouveau bilan mitigé pour le marché de Noël

© Sandra Julien
© Sandra Julien

C'est le troisième plus gros marché de Noël de France. Le marché de Reims fermera ce vendredi 28 décembre. Pour la deuxième année consécutive au moins, les comptes des commerçants sont en demi-teinte. 

Par Ophélie Masure

Les traditionnels chalets seront restés six semaines sur le Parvis de la Cathédrale. L'image est belle, féérique... mais a-t-elle conquise ?

Pour sa 22ème édition, le marché de Noël de Reims a compté 145 échoppes, ce qui en fait l'un des plus importants de France. Il attire en moyenne 1 million de personnes chaque année, dont un tiers de touristes.

Attentat et gilets jaunes


Cette année, les commerçants auront du faire face à deux faits majeurs. Lancée le 17 novembre, la crise des gilets jaunes a découragé certains visiteurs de se rendre en centre ville. Par ailleurs, le dramatique attentat de Strasbourg du 11 décembre a échaudé, imposant une sécurisation renforcée des marchés de Noël de France. 

La vague d'attentats que subit le pays depuis 2015 a considérablement changé l'ambiance des fêtes. Il y a quelques années, le marché de Noël de Reims a ainsi été déplacé de la Place d'Erlon vers la Cathédrale pour des raisons de sécurité. Il s'agissait au départ de faciliter la fouille des visiteurs, mais les choses se sont pérennisées.

Parvis versus Place d'Erlon


Les commerçants font grise mine. Depuis ce déménagement en effet, la fréquentation est plutôt en berne. La Place d'Erlon était un lieu de passage incontournable, le Parvis de la Cathédrale ne l'est pas forcément.

En 2017, on avait enregistré une baisse significative de 20 à 30% du chiffre d'affaires (voir article et reportage par ailleurs). Or, l'emplacement coûte entre 3000 et 6000 euros.

Ces chiffres méritent tout de même une nuance ! Si les commerçants de "bibelots" et autres petits objets sont plutôt insatisfaits, les professionnels qui vendent des produits de bouche voient leurs ventes plutôt stables cette année. En cause, selon les premières observations, un nombre de passage relativement important, mais pas nécessairement de consommation. En résumé : les visiteurs préféreraient se balader en grignotant quelques gourmandises plutôt que d'acheter des souvenirs

On verra très prochainement si cette première impression se confirme : les chiffres officiels seront communiqués à la mi-janvier. 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus