• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Histoires 14-18 : des russes au combat

© France 3
© France 3

En 1916, des soldats russes arrivèrent en France, dans la Marne, pour combattre aux cotés des poilus en vertu de l'alliance franco-russe. Plusieurs milliers d'entre eux y laissèrent leur vie. Mais alors que cet engagement devait être pérenne, la révolution russe de 1917 vint tout bouleversé.

Par LG avec Mathieu Guillerot

L'histoire que nous allons vous raconter se déroule sommes à Saint-Hilaire-le-Grand, un village à coté de Reims (Marne). En 1916, un corps expéditionnaire russe y est envoyé par Nicolas II pour combattre aux côtés des troupes françaises. Le secteur va être alors surnommé « la petite Russie ».
Histoires 14-18 : des russes au combat
Source archives : Source archives : - Collection du musée du fort de la Pompelle - Pathé Gaumont - France 3 - M. Guillerot

En décembre 1915, la Russie tsariste, membre de la triple entente, accepte d'envoyer deux brigades d'infanterie en Champagne. Après un voyage de plusieurs mois les conduisant à Saïgon, Djibouti et pour finir en Méditerranée via le canal de Suez, plusieurs milliers de soldats arrivent en Champagne et débutent leurs premiers combats.

© France 3 Au Fort de la Pompelle, lors de offensive Nivelle, les Russes s'attirent vite le respect et la sympathie de leurs homologues français qui, pour autant, ne se privent pas de caricaturer ces alliés venus d'ailleurs. Mais la révolution russe de 1917 va venir bouleverser le destin de ce corps expéditionnaire.

Des tensions éclatent entre soldats loyalistes, acceptant de poursuivre la guerre aux cotés des Français, et d'autres militaires, séduits par l'idéal bolchévique, qui ne pensent alors qu'à rentrer dans leur pays. Certains militaires russes finissent pas se mutiner et sont réprimés par leurs alliés français. © France 3 Engagement dans l'armée française, statut de travailleur militaire ou internement dans un camp en Algérie, les soldats russes ont alors le choix. Au final, seuls 400 officiers et soldats tsaristes acceptèrent de continuer la guerre au sein d'une légion russe de volontaires.

100 ans plus tard, les 3.500 mètres carrés du cimetière russe de Saint-Hilaire-le-Grand accueillent les corps de 915 soldats morts pour la France dans des combats face aux Allemands. Dans une clairière, sur le monument orthodoxe érigé en 1917, une phrase est écrite par des rescapés russes :

Enfants de France, quand l'ennemi sera vaincu et quand vous pourrez librement cueillir des fleurs sur ces champs, souvenez-vous de nous, vos amis russes, et apportez-nous des fleurs.

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus