Cet article date de plus de 5 ans

Abdelrhani, le savonnier de Nancy

Il avait entrepris des études de pharmacie..
Il est cependant devenu fromager. Puis, un jour, les pavés de la Place Stanislas de Nancy sont remplacés.
Une étincelle, un déclic qui ont fait d'Abdelrhani Azzab un créateur de savons.
Abdelrhani Azzab dans son atelier. Avec le savon pour passion.
Abdelrhani Azzab dans son atelier. Avec le savon pour passion. © Bruno Courtaux - France Télévisions
Abdelrhani, lorsqu'il reçoit clients et visiteurs dans son atelier, a le naturel avenant, et dégage une extraordinaire impression de douceur et de gentilesse, bien loin des turpitudes du monde actuel.

Mais qu'est-ce qui a fait de l'ancien étudiant en pharmacie, devenu fromager, un savonnier ?

Une extraordinaire aventure, coïncidence peut-être, qui tracera le destin de cet homme fort modeste.

Tout a débuté par la réfection de la Place Stanislas de Nancy et par la vente des anciens pavés.
Aldelrhani a le "déclic".
Ces routes, qui, à un moment donné de l'existence, convergent et coupent la ligne tracée d'une vie professionnelle ou sentimentale.


Abdelrhani a le flash, associant immédiatement la forme carrée du pavé, et la bergamote, bien connue à Nancy.
L'idée était là.

Il a su la développer, mener à bien son projet.
Une formation chez un maître savonnier, la préparation du projet, sa faisabilité, sa rentabilité.

Petit à petit, l'oiseau a fait nid.

Le savonnier nancéien a proposé son premier produit, le "Pavé de Nancy", à la bergamote.
Succès immédiat.

La coupe des pavés.
La coupe des pavés. © Bruno Courtaux - France Télévisions

Dans son petit atelier, où tout est fabriqué de manière totalement artisanale, du début à la fin (jusqu'à l'emballage !), d'autres productions sont nées : le "Lorrain", savon à l'huile de mirabelle, le "Majorelle", savon-soin à l'huile d'argan pure et parfumé à la fleur d'oranger, puis un travail pour le Musée du Louvre, le "Mona", un projet de savon hommage à Jean-Paul Gaultier, et une autre production destinée à Paris, ainsi qu'une collection destinée à l'Orient, avec un parfum de spiritualité.

Fleuron de la collection, est destiné au marché japonais, un pavé à... la feuille d'or.
Le Japon aime le luxe, celui-ci a un prix : 50 euros le pavé.


Reportage de Didier Vincenot et Bruno Courtaux

durée de la vidéo: 03 min 44
Abdelrhani, le savonnier de Nancy ©France Télévisions





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie emploi innovation sorties et loisirs idées de sorties