Agression de surveillants à Vendin-le-Vieil : réactions syndicales

Centre de détention de Vendin-le-Vieil (Nord) / © France 3 Nord
Centre de détention de Vendin-le-Vieil (Nord) / © France 3 Nord

Un détenu radicalisé a agressé et poignardé ce jeudi 3 surveillants du centre de détention de Vendin-le-Vieil, dans le Nord. Les syndicats de personnels de l'administration pénitentiaire réagissent.

Par Didier Vincenot avec France 3 Nord

Les faits

Trois surveillants ont été blessés jeudi 11 janvier 2018, au centre de détention de Vendin-le-Vieil, dans le Nord par un détenu radicalisé.

Poignardés tous les trois par le détenu particulièrement violent, un d'entre eux a été hospitalisé.
(voir les articles et reportages correspondants de nos confrères de France 3 Nord en bas d'article, rubrique "A lire aussi)

De nombreuses actions ont été menées dans toute la France, en soutien aux surveillants agressés.

Un terroriste agresse trois surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil
Avec la rédaction de France 3 Nord.


Réaction syndicale à Nancy, Fadila Doukhi, déléguée régionale FO pénitentiaire

Agression de surveillants à Vendin-le-Vieil : réactions syndicales
Un détenu radicalisé a agressé et poignardé ce jeudi 3 surveillants du centre de détention de Vendin-le-Vieil, dans le Nord. Les syndicats de personnels de l'administration pénitentiaire réagissent. - France 3 Lorraine - Propos recueillis par René Elkaïm et François Carretier



Mouvements syndicaux partout en France

Une centaine de surveillants se sont rassemblés devant la prison de Vendin-le-Vieil où les gardiens ont été agressés jeudi. "C'est quelque chose d'exceptionnel: des collègues ont refusé de prendre leur service ou l'ont pris tardivement", a déclaré le responsable FO pénitentiaire de Vendin, Wilfried Szala.

Dans le Grand Est, des dizaines de surveillants ont débrayé en "signe de solidarité" aux trois gardiens agressés, selon des sources syndicales. "Environ 35 agents" à Metz, "une cinquantaine" à Nancy et "entre 30 et 40" à Strasbourg ont pris leur fonction avec quinze minutes de retard, selon Fadila Doukhi, déléguée régionale FO Grand Est.

En Auvergne-Rhône-Alpes, des débrayages ont eu lieu vendredi matin pendant une quinzaine de minutes à Riom (Puy-de-Dôme), Moulins (Allier), Valence (Drôme) et Bourg-en-Bresse (Ain), et une heure à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, selon une source syndicale.

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, des arrêts de travail ont eu lieu entre 06H 30 et 07H 30 à Marseille (Les Baumettes), Aix-Luynes, Salon, Arles, mais aussi dans le Var à Toulon et Grasse et dans les Alpes-maritimes à Nice, a indiqué le syndicatFO.

En Aquitaine, le mouvement a touché les centres pénitentiaires de Neuvic (Dordogne), Uzerche (Corrèze) et Gradignan (Gironde), provoquant "des retards d'un quart d'heure ce matin" dans la prise de service des personnels, selon la direction interrégionale des services pénitentiaires de Bordeaux.

En région Centre-Val de Loire, des retards similaires ont été constatés dans les prisons de Saint-Maur (Indre), Bourges, Saran (Loiret), Blois et Tours, selon FO.

Dans l'Ouest, quelques débrayages ont eu lieu à 06H 45 dans les prisons de Nantes et Rennes, selon la CGT. 

Source : AFP

A lire aussi

Sur le même sujet

récolte des mirabelles à Rozelieures

Les + Lus