Coronavirus : confiné sous le soleil de Californie

A peine ouvert et déjà fermé en raison du confinement, le salon de coiffure de Xavier Scordo à Santa-Barbara (Californie) attendra un peu… Le coiffeur Nancéien expatrié nous raconte son quotidien pendant l'épidémie de covid19.
Le coiffeur d'origine nancéienne Xavier Scordo, vit son rêve américain à Santa Barbara (callifornie).
Le coiffeur d'origine nancéienne Xavier Scordo, vit son rêve américain à Santa Barbara (callifornie). © Xavier Scordo pour France Télévisions
Le Nancéien Xavier Scordo, coiffeur créateur star des défilés en France et dans le monde a quitté sa Lorraine en 2015 pour vivre son rêve américain. Repéré par un coiffeur de stars de Santa Barbara (Californie), José Eber, il est d’abord recruté pour travailler dans son salon.
Il va travailler dur pendant plus de quatre ans pour gagner le droit d’ouvrir son propre salon.
Pour cela, il repart à zéro et passe son diplôme américain de coiffure: l’équivalent du CAP. Il passe son permis de conduire américain. Il obtient sa carte verte.

Une aide de 1.200 dollars

Il y a deux mois, le 02 février 2020, il a ouvert son salon dans un des quartiers les plus huppés de Santa Barbara. Aujourd'hui, pour cause d'épidémie de coronavirus, le salon est fermé.
Voir cette publication sur Instagram

Ready for house call... It can be scaring to see his hairstylist arriving home with the mask but I want 100/100 safety for everyone... One box for each client with sanitized tools, towels, cover, brush, clips, inside... Big organization but 100/100 safety... ❤️❤️❤️😘😘😘

Une publication partagée par Scordo (@xavierscordo) le

Mais Xavier Scordo reste positif. Il nous l'explique dans ce reportage.
Coronavirus : Xavier Scordo, confiné sous le soleil de Californie ©France 3 Lorraine

"Financièrement, toutes les traites de la maison, de la voiture, on a réussi à les reporter pendant trois mois. On a une aide du gouvernement de 1.200$ par personne. On a adhéré à une association qui s’appelle United Way (lien en anglais) qui collecte de l’argent ici à Santa Barbara et le redistribue à ceux qui en ont besoin. C’est vrai qu’on a la chance de pouvoir profiter de ces espaces: la plage ou la montagne. Mais les gens restent extrêmement prudents."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion santé société covid-19 international