Coronavirus : "je suis confinée à San Diego aux Etats-Unis"

En raison de l’épidémie de coronavirus, la chercheuse nancéienne Cécile Floer est confinée à proximité du campus de l’Université de San Diego, aux Etats-Unis. Elle nous livre ses impressions.
Le campus de San Diego (Californie)
Le campus de San Diego (Californie) © Robin Hartmann pour France Télévisions
Cécile Floer a été récompensée par le Prix Jeunes talents France 2019 Pour les femmes et la science, décerné par la Fondation l'Oréal en partenariat avec l'UNESCO. Sélectionnée parmi plus de 800 candidates par des membres de l'Académie des Sciences. Elle était alors doctorante à l’Institut de Jean Lamour de Nancy.
Une fois son doctorat en poche, elle part pour les Etats-Unis en février dernier dans le cadre d’un contrat de recherche.

Confinée à San Diego

Elle a intégré le laboratoire MadLab à San Diego qui est spécialisé dans le développement de dispositifs miniaturisés (qui utilisent entre autres des matériaux piézoélectriques) pour des applications biomédicales. Un mois après son arrivée, elle se retrouve confinée dans sa chambre sur le campus de l’Université."Je suis arrivée ici début février, c’était déjà un sujet d’actualité, mais qui ne semblait pas encore atteindre les États-Unis. On en parlait avec encore beaucoup de légèreté. L’université a voulu maintenir une présence et une activité sur le campus tant qu’il n’y avait pas de cas positif avéré (…) Les choses se sont accélérées le 19 mars."
"Les magasins commencent à s’organiser: distribution de gants et de gel hydroalcoolique à l’entrée, désinfection des caddies et des paniers et un sens de circulation à respecter à l’intérieur."
Coronavirus : Cécile Floer, une scientifique lorraine confinée à San Diego ©France 3 Lorraine
Cécile Floer reste attentive à toutes les directives françaises pour un éventuel rapatriement. Elle continue de suivre la situation en France, à distance.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
international covid-19 santé société université éducation