Coronavirus: "Quand il m'a appelée, c'est moi qui l'ai remercié" une créatrice de cosmétique heureuse de se sentir utile

Valérie Maury n'a pas attendue d'être contactée par un infirmier pour chercher à aider autour d'elle pendant le confinement dû au Covid19. Pourtant, elle n'avait pas pensé qu'elle pouvait être directement utile grâce à son propre métier. Ce vendredi 17 avril la livraison a été assurée.

© Valérie Maury pour FTV

Livraison assurée 

Chose promise, chose dûe! Valérie a fait sa tournée de livraison ce vendredi 17 avril après-midi. 
© Valérie Maury pour FTV
À Gentilly aussi
À Gentilly aussi © Valérie Maury pour FTV
Et dans une autre clinique avec Mickaël
Et dans une autre clinique avec Mickaël © Valérie maury pour FTV
 

Retour sur le début de l'histoire

C'est un appel téléphonique d'un de ses clients infirmiers qui lui a ouvert les yeux.
Valérie Maury est une créatrice de cosmétiques naturels installée à Saizerais en Meurthe-et-Moselle. Elle fabrique essentiellement des shampoings, déodorants et dentifrices solides. Depuis le début du confinement, le 17 mars 2020, son entreprise est à l'arrêt; difficulté de s'approvisionner en matières premières et respect du confinement oblige. 
Elle cherche à son petit niveau à aider autour d'elle, en livrant des repas à un petit monsieur, dont l'épouse, atteinte du coronavirus est en centre de rééducation, ou en faisant des gâteaux pour des personnes isolées de son village. Mais ce sont là de petits gestes qu'elle qualifie de "comme tout le monde". 

"Je cherchais comment aider"

C'est l'appel d'un de ses clients, infirmier de profession, Mickaël B. qui lui donne une perspective d'utilité plus particulière. Comme ses  collègues, il souffre de crevasses aux mains, irritées par l'usage fréquent du gel hydroalcoolique, et de brûlures sur les ailes du nez en raison du port des masques de protection. 

D'habitude dans les gels hydroalcooliques, ils ajoutent des excipients pour hydrater la peau, mais aujourd'hui les gels sont fabriqués dans l'urgence et ils n'y mettent que les produits essentiels. Résultat: ils irritent encore plus la peau.
- Mickaël, infirmier

Mickaël a déjà l'habitude d'acheter les cosmétiques de Valérie, mais il ne la connaît pas personnellement. Après une discussion avec ses collègues, il tente le tout pour le tout. Il la joint par téléphone mardi 14 avril et lui demande si elle ne veut pas faire un don de beurre de karité, sa crème qui fait des "miracles sur lui". 
Valérie qui trouve enfin une façon bien à elle d'aider les soignants est ravie. "J'étais contente quand il m'a appelée. Et c'est moi qui l'ai remercié", explique Valérie.

Il m'a donné une idée pour être utile; cela faisait près d'un mois que je cherchais comment aider. 
- Valérie Maury, créatrice de cosmétiques naturels

Elle file compter ses pots disponibles et sa quantité de beurre de karité pour fabriquer sa crème de soin, tout simplement appelée "le beurre". Pour ajouter sa touche personnelle, elle fait imprimer des étiquettes avec un coeur destiné aux soignants...

Une remise en main propre

Une fois le compte de ses petits pots fait, Valérie Maury a pensé distribuer sa crème hydratante, certes d'abord à Mickaël B. et son service d'une clinique privée du Médipole de Gentilly, mais également à d'autres services.
Elle a contacté d'autres cliniques et hôpitaux pour proposer sa crème hydratante et sa proposition a été accueillie avec plaisir. Elle remettra donc, ce vendredi 17 avril, tout le stock qu'elle a pu fabriquer à deux autres établissements: au service réanimation de la polyclinique de Gentilly ainsi qu'à un service de l'institut Louis Mathieu au CHRU de Nancy Brabois.

Le mot de la fin

La solidarité sous toutes ses formes, c'est ce qui fait du bien à nos soignants.
L'étiquette a été modifiée pour dire merci aux soignants
L'étiquette a été modifiée pour dire merci aux soignants © Valérie Maury pour FTV

Pour l'instant, on nous fait surtout prendre des kilos! On nous livre des croissants, des gâteaux, des pizzas et on oublie nos petites mains, qui sont pourtant nos outils de travail!
- Mickael B., infirmier

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société solidarité