• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Grand Est : invasion d'insectes et piqûres multiples, “du jamais vu” pour les pharmaciens

Sur cette étagère, les derniers produits. "Nos rayons se vident, nous sommes en rupture de stock" René Paulus, président de l'ordre des pharmaciens du Grand Est / © Jean-François Didier - France 3 Lorraine
Sur cette étagère, les derniers produits. "Nos rayons se vident, nous sommes en rupture de stock" René Paulus, président de l'ordre des pharmaciens du Grand Est / © Jean-François Didier - France 3 Lorraine

C'est la première fois que je vois un phénomène de cette ampleur ! René Paulus, président de l'Ordre des pharmaciens du Grand Est nous a confié son inquiétude et celle de sa profession au cours d'un entretien le 3 juillet 2019.

Par Jean-François Didier

Ce 3 juillet 2019, comme chaque jour depuis une bonne semaine, la pharmacie de René Paulus à Blénod-lès-Toul (Meurthe-et-Moselle) voit arriver une soixantaine de clients dans la journée en recherche de remèdes contre tout type de piqûres.
Avec ou sans ordonnance. Avec surtout la volonté d'être soignés tout de suite.

Les traces de piqûres, les boutons, les plaques et les symptômes décrits sont très variés. Les collaboratrices du pharmacien essaient de répondre à la demande en conseillant les crèmes, les pommades et les lotions existantes. Tant bien que mal. Car les insectes piqueurs ne sont pas tous identifiables. Et les stocks s'épuisent. 
René Paulus, pharmacien et président de l'Ordre des pharmaciens du Grand Est / © Jean-François Didier - France 3 Lorraine
René Paulus, pharmacien et président de l'Ordre des pharmaciens du Grand Est / © Jean-François Didier - France 3 Lorraine

Rupture de stocks

Pour René Paulus, "ça fait 40 ans que j'exerce ici, c'est la première fois que je vois un phénomène de cette ampleur. Nous sommes en rupture de stocks pour les produits calmants, apaisants et répulsifs et j'encourage mes confrères à faire preuve de beaucoup de patience et de ténacité pour se réapprovisionner."

Des démangeaisons très fortes

"Lorsque vous allez chez le médecin ou à la pharmacie, vous avez envie d'être guéri tout de suite, d'autant plus quand les démangeaisons sont extrêmement intenses et désagréables puisque les réactions sont allergiques ou urticantes.  Les gens se grattent jusqu'au sang ! On les conseille sur l'hygiène des zones de grattage à désinfecter, prendre un antihistaminique par voie orale pour diminuer la sensation de grattage, prendre des douches pour éliminer l'agent extérieur, s'il s'agit de poils urticants de chenilles il faut bien les enlever !"

Il faut être patient et attendre la fin de cette période un peu difficile.
- René Paulus, pharmacien

Problème de santé publique ?

Ce mercredi 4 juillet, le conseil de l'ordre des pharmaciens du Grand Est se réunit.
À l'ordre du jour, la gestion du "phénomène insectes" et en particulier l'arrivée des chenilles processionnaires dans nos régions Alsace,  Champagne-Ardenne et Lorraine. L'Agence Régionale de santé sera informée, voire alertée. Le souci des petites bêtes qui piquent et grattent pourrait devenir un problème de santé publique.
 
Recrudescence de piqûres d'insectes
René Paulus président ordre des pharmaciens du Grand Est. "Du jamais vu" à propos des piqûres di'nsectes été 2019 - web france 3 Lorraine - Jean-François Didier

 

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus