INSOLITE - Fan de Kaamelott, il veut offrir à Alexandre Astier un bouclier aux armes du Roi Arthur

Publié le Mis à jour le

"S'il est la moitié de celui que je pense qu'il est, il répondra". Laurent Schulze est un grand fan de la série Kaamelott et pendant quatre mois, il a créé de toutes pièces un bouclier qu'il veut offrir au Roi Arthur alias Alexandre Astier.

Il habite quelque part dans le Saintois, à Battigny en Meurthe-et-Moselle. Et il s'est pris de passion pour la création d'objets et de personnages variés issus des univers de mangas, de la science-fiction et de la fantasy. Chez lui, sous le regard complice de son épouse, se côtoient Végéta et Boo de "Dragon Ball", Jack Skellington de "l'étrange Noël de monsieur Jack", Maitre Ioda de "la Guerre des étoiles" et quelques dragons issus d'univers variés. 

Laurent Schulze, heureux père de deux fillettes, n'est pas un artiste professionnel. Lui qui avoue "qu'il était connu comme le mec qui ne sait pas planter un clou", est tombé dans la marmite de la création par hasard, un jour de fête à l'école de ses filles. Depuis, il n'a de cesse de suivre ses idées et de donner forme à tout ce qui lui passe par la tête. Comme le Xénomorphe d'"Alien" en taille réelle, par exemple.

Mais ce que Laurent Schulze veut partager, c'est un objet sur lequel il vient de mettre la dernière main : un bouclier qu'il souhaite offrir à Alexandre Astier, auteur de la série télévisée "Kaamelott".

L'homme est discret. Il n'a rien à gagner dans cette affaire, si ce n'est un brin de reconnaissance pour le travail fourni. "Je ne voudrais pas être celui qui s'impose; je n'attends rien, je ne demande rien."

Il a juste constaté que le roi Arthur campé par Alexandre Astier dans la série Kaamelott n'avait pas de bouclier de prestige, d'apparat. Juste un bouclier de tous les jours, celui qui sert pour les entrainements avec son maître d'arme ou quelques combats sans éclat. Certes, ça ne colle pas totalement à l'image du "héros, ce mec qui doute et qui admet ses faiblesses", selon le roi Arthur/Alexandre Astier, mais, un bouclier qui rend bien, ça le fait quand même dans la garde-armure d'un chevalier de la Table Ronde. D'autant qu'à côté d'Excalibur, l'épée légendaire du royal suzerain, il faut pouvoir assurer la comparaison.

Alors Laurent s'est lancé, juste comme ça, sur un coup de tête, dans la confection d'un bouclier collection prestige, dans son matériau de prédilection : la pâte à papier. Après avoir fait des recherches pour imaginer et concevoir, au plus près de la légende, les armoiries du roi, il les a dessinées et reproduites sur le bouclier.

Quatre mois de travaux, alternant temps de création et temps de séchage, pour un rendu dont il n'est pas peu fier. Plume sur le heaume (version chevaleresque de cerise sur le gâteau), en dehors du vernis et de la peinture, tout est fait à partir de matériaux de récupération. Prestigieux et durable. Grand seigneur. Le papier, des éditions du journal régional, qu'on lui donne. Le bois, un voisin charpentier qui lui fournit.

Son défi désormais, que dis-je, sa quête, son Graal, consiste à contacter le comédien metteur en scène et surtout à faire passer le message.
Qui risque peut-être d'être noyé parmi tous les courriers de fans, que ne manque pas de recevoir le créateur de Kaamelott.

"J'ai contacté sa boite de production, mais je n'ai pas eu de retour direct. J'ai même essayé par le biais de l'école tenue par sa mère Joëlle Sevilla à Lyon, l'Acting Studio." Mais à ce jour, aucun retour. Laurent ne sait même pas si son courrier a été lu.

Alors il se dit que France 3 Lorraine, qui lui a déjà consacré un reportage télé, pourrait bien lui donner un petit coup de pouce pour contacter la vedette. Qui sait ? Alexandre, si tu nous lis, tu sais ce qu'il te reste à faire.