Jean Castex débloque les premiers investissements du Ségur de la santé, aucune annonce pour le CHRU de Nancy

Jean Castex a débloqué mardi 9 Mars les premiers investissements pour les hôpitaux dans le cadre d'une enveloppe globale de 19 milliards d'euros négociée lors du Ségur de la Santé. De son côté, le CHRU de Nancy attend toujours des réponses. Ce matin, le financement de l'hôpital n'a pas été évoqué. 

Le service de réanimation du CHRU de Nancy.
Le service de réanimation du CHRU de Nancy. © Yves Quéméner, France télévisions

Mardi 9 Mars 2021, les annonces de Jean Castex, le premier ministre, sur les premiers investissements en faveur des hôpitaux du "Ségur de la santé" étaient très attendues à Nancy. En effet, le CHRU est toujours en attente des décisions prises concernant le Copermo et Olivier Véran, ministre de la santé, pendant sa venue à Nancy avait même fixé une échéance : "Au mois d'avril, le dossier doit être bouclé de manière à ce que l'avenir de l'hôpital reste un vrai projet". Cependant, l'avenir et le financement de l'hôpital de Nancy n'ont pas du tout été évoqués ce matin.

Nous n’avons pas de réponse précise par rapport à l’annulation du Copermo. Oui ou non ?

Jean Dubessy, Porte-parole du Comité pour l'unité de défense du CHRU de Nancy

En fin de matinée, une dizaine de personnes se sont données rendez-vous devant l'ARS(Agence Régionale de Santé) à Nancy. "Nous n’avons pas de réponse précise par rapport à l’annulation du Copermo. Oui ou non ? Est-ce que c’est difficile de dire oui, ce plan est annulé ou non, nous continuons ? Il n' y’a rien dans la lettre de l'ARS, donc nous poursuivons le combat", raconte Jean Dubessy, porte-parole du Comité pour l'unité de défense du CHRU de Nancy.

 

 

Ce sont les Agences Régionales de Santé qui vont être à la manoeuvre. Dans sa conférence de presse, lors d'un déplacement dans la Nièvre, Jean Castex explique : “les ARS donnent à la fois toutes les enveloppes et tous les leviers aux ARS. C’est la première fois qu’elles auront le pouvoir de décisions sur tout le champ sanitaire, sur les Ehpad et le numérique. La quasi-totalité des décisions relèveront du champ régional.”

Ce plan d'investissements de 19 milliards se décompose de la sorte : une somme de 13 milliards connue de longue date et qui regroupe à la fois la reprise de dette hospitalière et des investissements pour des projets dits prioritaires de l'ordre de 2,5 milliards. La transition numérique recueille 2 milliards et les Ehpad 1,5 milliards.

 

 

Olivier Véran, le ministre de la santé avait dit au micro de France 3 Lorraine en quittant le Centre Jean Prouvé au mois de janvier dernier, "j'ai pris des engagements sur la question des lits, des emplois et je les tiendrai".

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie social finances