Le sprint de l’Enfer à Nancy, une performance de sérigraphie pour dix artistes qui travaillent en public

Publié le Mis à jour le

Le sprint de l’enfer est une course de fond pour sérigraphes qui se réunissent le temps d'un gros week-end afin d'imprimer ensemble des images. Au sein de l’Octroi, le « tiers lieu culturel et créatif » de Nancy, une dizaine d’artistes produisent des affiches autour d’un thème commun jusqu’au dimanche 29 mai, dans le but de mêler les techniques et les inspirations.

Le thème est imposé. "Chimères". Celle de Lise Walgenwitz ressemble à un hibou aux yeux étoilés, paré de plumes tramées. L’artiste étale l’encre jaune sur son écran, pour réaliser sa première impression. Les couleurs sont elles aussi communes : "c’est une bonne chose parce que ça permet de donner une cohérence au projet" explique la co-fondatrice du collectif messin Schmirlab. Chaque sérigraphe imprime quarante feuilles de 50 par 70 centimètres, dont "trente macules" explique Sophie Lécuyer, artiste et membre de l’organisation du Sprint de l’Enfer. Dans le monde de l’imprimerie, ce terme désigne une feuille destinée à lancer un tirage, un exemplaire imparfait que l’on ne jette pas pour autant, car il peut resservir.

Dans le cadre du sprint, les macules passent d’écran en écran pour composer de nouvelles images, inattendues par la surimpression et le mélange des couleurs. Les cinq artistes invités, et les trois de l’atelier résident, se succèdent donc à la racle. Deux impriment simultanément, pendant que les autres préparent les dessins destinés à être transformés en film, puis en écran à sérigraphier.

Sprint final

Le projet est porté par l’atelier Miracle, qui travaille dans les locaux de l’Octroi à Nancy depuis l’été 2021, lui-même issu de l’association l’Enfer qui a organisé sept éditions du festival des arts imprimés du même nom à la MJC Lillebonne. "Traditionnellement on l’organisait en septembre, mais ça devenait lourd à gérer" explique Sophie Lécuyer, "on préfère aujourd’hui se concentrer sur des événements comme celui-ci tout en gardant le même esprit d’échange et de découverte, avec des artistes invités". La MJC Lillebonne est l'épicentre de la sérigraphie nancéienne moderne. Beaucoup d'artistes y ont fait leurs premières armes, comme Lise Walgenwitz.

La performance "le sprint de l'enfer" est gratuite, et permet de voir les artistes à l’œuvre tous les jours jusqu’au dimanche 29 mai à 18 heures. Les infos pratiques sont sur le site de l’évènement. Le vernissage de l’exposition constituée de toutes les œuvres produites se tient samedi 28 mai de 18 heures à minuit.