Nancy : entre travaux, fermeture et bricolage, l'agglomération doit faire sans piscine digne de ce nom

Publié le

L'été approche à grands pas, le thermomètre grimpe et votre premier réflexe est peut-être d’aller piquer une tête. Pourtant, si vous habitez dans le Grand Nancy, il faudra faire sans Thermal et Gentilly et s'armer de patience car c’est parfois un casse-tête pour trouver une piscine.

Il est parfois difficile d’aller faire quelques brasses à Nancy. Si la ville compte plus de 100.000 habitants, son agglomération regroupe vingt communes et représente une population de près de 260.000 personnes. Autant de baigneurs potentiels. Problème, les deux principales piscines, Thermal et Gentilly, sont fermées pour travaux et on ne compte plus aucun bassin olympique dans la métropole.

Une offre jugée trop faible pour une agglomération de 260.000 personnes

Entre le projet titanesque de rénovation de Grand Nancy Thermal et la fermeture subite pour travaux de la piscine olympique Alfred Nakache à Gentilly, les Nancéiens ont dû revoir leurs habitudes. Il ne reste maintenant que quatre bassins de 25 mètres dans l’agglomération nancéienne, à savoir la piscine Michel-Bertrand à Vandoeuvre-lès-Nancy, le Lido à Tomblaine, l’établissement de Laneuveville-devant-Nancy et la piscine de Laxou, déjà fermée l’été dernier et de nouveau menacée de fermeture cette année.

On est passé d’une métropole avec un très gros pôle aquatique à une offre plus limitée même s’il reste quatre piscines

Thomas Ladent, directeur technique de l’ASPTT Nancy

Entre les groupes de scolaires, les adhérents en club de natation ou les simples baigneurs, ces changements d’habitudes déstabilisent certains. “On est passé d’une métropole avec un très gros pôle aquatique à une offre plus limitée même s’il reste quatre piscines”, explique Thomas Ladent, le directeur technique de l’ASPTT Nancy qui compte 680 adhérents en natation.

Si le club est parvenu à faire une saison correcte, il a aussi perdu quelques adhérents à cause des changements de piscines et de créneaux horaires. “Nos adhérents étaient répartis à 70% sur la piscine olympique de Gentilly et à 30% sur le Lido à Tomblaine, on a réussi à les replacer sur les quatre autres bassins mais c’est compliqué car les gens choisissent souvent leur piscine par contrainte géographique. Ce qui nous inquiète maintenant, c’est plutôt l’avenir car on ne connaît pas encore nos créneaux pour l’an prochain et on craint une plus forte perte d’adhérents”, explique le directeur technique de l’ASPTT Nancy.

Aucune piscine olympique à moins de 35 km de Nancy

En janvier 2022, la piscine Alfred Nakache de Gentilly fermait pour des raisons de sécurité. La dernière piscine olympique de la métropole, qui montre des “signes de fragilité” au niveau de ses piliers de soutènement, nécessite des travaux d’envergure. La réouverture n’est donc pas prévue pour tout de suite. Pour pallier ce manque et permettre aux Nancéiens d’enfiler leur maillot de bain, un petit bassin de 10x5 mètres doit être installé durant les vacances d’été, à quelques pas de la piscine municipale fermée. Une alternative pour barboter et se rafraîchir, mais on est bien loin d’une piscine olympique.

Ce qui est plus compliqué, c’est que ma fille doit maintenant nager sur trois pôles de natation différents de 25 mètres, c’est forcément moins confortable qu’une seule piscine de 50 mètres

maman d’une jeune nageuse en club à Nancy

Pour permettre à sa fille de faire ses six ou sept entraînements de natation hebdomadaires, cette maman a dû revoir toute son organisation : “on s’en sort pas mal, ma fille n’a pas eu à s’arrêter de nager et la crise due à la fermeture de Gentilly a été bien gérée. On nous a proposé une quantité de créneaux nécessaires, même si les horaires ne sont pas toujours idéaux et qu’on perd une amplitude d'entraînement. Ce qui est plus compliqué, c’est que ma fille doit maintenant nager sur trois pôles de natation différents de 25 mètres, c'est forcément moins confortable qu’une seule piscine de 50 mètres”.

On espère pouvoir renager un jour dans un bassin olympique

papa de deux nageuses en club à Nancy

“Le maximum a été fait par le club dans cette situation compliquée. On attend maintenant d’avoir un seul lieu d'entraînement pour éviter les déplacements géographiques, pour le moment, je dois emmener mes filles sur quatre sites différents. On espère pouvoir renager un jour dans un bassin olympique”, ajoute le papa de deux nageuses en club. En effet, la piscine olympique la plus proche de Nancy se trouve maintenant à Lunéville, à 35 kilomètres.

Si l’offre actuelle peine à satisfaire pleinement la demande, Nancy veut toujours devenir la “première métropole thermale de France” avec son complexe Grand Nancy Thermal. Le gigantesque projet aquatique qui comprend une piscine olympique, n'ouvrira cependant pas ses portes au public avant la fin du printemps 2023.