Nancy: le long voyage des passagers du TGV Paris-Nancy de 21h13

Vendredi 14 juin, les voyageurs du TGV Paris-Nancy de 21h13 à leur arrivée vers minuit. / © Bruno Demange
Vendredi 14 juin, les voyageurs du TGV Paris-Nancy de 21h13 à leur arrivée vers minuit. / © Bruno Demange

Les voyageurs du dernier TGV reliant Paris à Nancy, prévu vendredi 14 juin à 21h13, se souviendront de ce trajet, plus compliqué que prévu. Ils sont arrivés à Nancy avec deux heures de retard, à plus de minuit. Sans bus ni tram à l'arrivée.

Par Yves Quemener

Le vendredi, pour ce dernier jour de la semaine, l'offre TGV, de la SNCF, est traditionnellement plus riche que les autres jours, avec un dernier train partant une demi-heure plus tard que les autres jours, c'est à dire à 21h13.

Mais ça, c'est en temps normal. Car ce vendredi 14 juin 2019,  à quelques minutes de l'heure de départ des derniers trains, l'ambiance à la gare de l'Est, à Paris est montée d'un cran. Particulière. Avec l'impossibilité d'accéder à la partie droite des quais. Les quais de départ des trains encore en partance restent non affichés. Et les boutiques déjà fermées.

Alors assez vite, les voyageurs apprennent qu'un périmètre de sécurité a été dressé suite à la découverte d'un bagage suspect, visiblement perdu dans un train. Et les voyageurs découvrent alors que le dernier TGV pour Metz a réussi à partir, malgré 45 minutes de retard, car les voyageurs ont pu embarquer avant que le périmètre soit dressé. Rageant !

Ce n'est donc pas le cas des voyageurs pour Nancy. Les deux derniers trains de la journée, à destination de Nancy et de Sedan restent à quai. Ils ne bougent pas, ne partent pas, pas de coups de sifflet du contrôleur. Quelques trains de banlieue restent bloqués eux aussi.

Les voyageurs se retrouvent derrière un cordon, et se retrouvent à devoir patienter plus d'une heure et demie. La très longue attente est justifiée par le fait que l'on doit attendre l'intervention du service de déminage. Pourquoi ont-ils mis autant de temps à arriver ? N'y avait t-il personne de permanence sur Paris un vendredi soir à cette heure-là ? Mystère. Et les passagers commencent à s'énerver, et à s'impatienter.

Des agents SNCF expliquent : "des bagages oubliés, ça arrive tous les jours, ou presque". Ainsi, la consigne, c'est qu'ils ne doivent normalement pas toucher eux-mêmes un bagage qui n'est pas entrouvert, Vigipirate oblige.

L'intervention finit par être effectuée, et la situation revient à la normale vers 22h30. Le temps de procéder aux embarquements, les deux TGV peuvent donc partir, pour Nancy et pour Sedan. Il est 22h45. Déjà une heure et demie de retard pour le début du week-end ! 

Forcément, avec des arrivées prévues vers minuit, cela va entraîner des conséquences sur les correspondances.

Ni bus, ni tram

Par chance, dans celui de Nancy, aucun des 260 voyageurs n'avait d'autre train à prendre ensuite. Mais quelques-uns devaient poursuivre leur trajet en bus ou en tram. Et là, à Nancy, plus de transport en commun à partir de minuit. La SNCF allait-elle les prendre en compte ?

Dans le train, les personnels de bord se renseignent au téléphone avec l'équipe de Nancy. Ils apprennent alors que, d'après les textes, seules les correspondances "train" sont normalement prises en compte. L'entreprise paie des taxis ou des nuits d'hôtel pour permettre aux voyageurs de poursuivre leur trajet le lendemain matin. Vendredi soir, personne ne se trouve donc concerné par ce dispositif.

Mais si ça n'est pas obligatoire, à Nancy, la politique "maison SNCF" consiste à ne pas laisser les voyageurs à leur propre sort. La compagnie leur a donc proposé qu'un taxi puisse déposer chez eux les voyageurs restés sur le carreau.

Cette tracasserie réglée, le voyage a donc pu se poursuivre sans encombre...enfin presque. À un moment du voyage, alors qu'il faisait déjà nuit, la lumière d'une des voitures est tombée en panne, et ses occupants se sont retrouvés dans le noir.

Nul doute qu'ils se souviendront longtemps de ce Paris-Nancy de ce vendredi 14 juin. Maintenant ils vont être confrontés au cauchemar de l'indemnisation. Bonne chance !
 
Noir c'est noir ! / © Bruno Demange
Noir c'est noir ! / © Bruno Demange

Quel remboursement pour un retard de train ?

Si votre train à plus de 30 minutes de retard à l'arrivée, vous pouvez prétendre à un remboursement partiel de votre billet :

  • Entre 30 minutes et une heure de retard : 25% du prix du billet en bon d'achat
  • Entre une heure et deux heures de retard : 25% du prix du billet en bon d'achat ou en virement
  • Entre deux heures et trois heures de retard : 50% du prix du billet en bon d'achat ou en virement
  • Au-delà de trois heures de retard : 75% du prix du billet en bon d'achat ou en virement

La demande de remboursement peut se faire en ligne, ou par courrier. Ces mesures s'appliquent aux TGV et aux Intercités. Elles ne sont pas valables pour les autres types de trains, et notamment pour les TER régionaux.
 

Sur le même sujet

Les + Lus